Industrie automobile : l’État dévoile sa stratégie

0
1564
Construction automobile

Pas moins de trente demandes pour des projets d’usines automobiles ont été soumises aux pouvoirs publics. C’est le président du secrétariat technique pour le suivi du dossier des véhicules au sein du ministère de l’industrie et de la production pharmaceutique qui l’a annoncé hier lors du forum d’El Moudjahid.

PAR BRAHIM AZIEZ

Mais pour le responsable, qui est aussi directeur de l’intelligence économique au même ministère, « il s’agit à terme d’accueillir jusqu’à huit constructeurs pour bâtir une industrie automobile locale soutenue par un tissu de sous-traitance, notamment à travers des PME locales pouvant accompagner les opérateurs ».

Mokdad Aggoune expliquera qu' »il s’agit désormais d’aller vers une industrie réelle, pérenne, créatrice de valeur ajoutée et d’emplois avec un réel impact sur l’ensemble de la société ». Une déclaration qui dessine les contours du projet d’industrie automobile voulu par les hautes autorités du pays, et qui devrait toucher à divers segments, dont les véhicules de tourisme et utilitaires, les camions, les bus, les tracteurs, les cyclomoteurs et les remorques.

Le même responsable rappellera la concrétisation du projet d’usine du constructeur italien Fiat, en décembre 2023 à Oran, ajoutant que celui-ci sera suivi par une usine du constructeur chinois Cherry dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. Mokdad Aggoune enchaînera en révélant que « d’autres opérateurs du secteur ont également déposé leurs dossiers tels que les chinois JAC et Geely, ainsi que le coréen Hyundai ». Et à ce propos, il est utile de souligner que si le projet d’usine JAC, entamé en 2018 et dont l’infrastructure à Aïn Témouchent est pratiquement achevée, celui de Geely (dans la wilaya de Médéa) n’est qu’au stade de projet. Pour ce qui est de Hyundai, tout porte à croire que le duo coréen HyundaiKia (groupe Hyundai) qui a déjà investi dans les usines Gloviz (pour fabrication de véhicules de tourisme et utilitaires légers Kia) et GMI (pour la fabrication de bus et camions Hyundai) à Batna ne compte pas lâcher prise, l’ambassadeur de la Corée du Sud ayant récemment rappelé l’intérêt des entreprises de son pays à s’investir industriellement en Algérie.

A cela, il convient de souligner l’attachement de Renault à relancer son usine d’Oran et d’élargir ses activités au CKD, au même titre que Renault Trucks qui n’attend que le feu vert des autorités pour réactiver son usine de Meftah qui a été entièrement rachetée par le groupe Volvo où il est prévu de fabriquer les camions des deux marques. Nonobstant ce que Nissan, qui a signé récemment un nouveau contrat de partenariat avec le groupe Hesnaoui, envisage de lancer dans le pays, et les ambitions du groupe Volkswagen AG (à Relizane), de Baic (Batna). C’est pratiquement l’ensemble des projets en cours dans l’automobile (véhicules de tourisme et utilitaires) et les camions.

«Les opérateurs qui importent ne sont pas obligatoirement tenus de construire une usine»

Précision de taille du responsable ministériel et non moins président du secrétariat technique pour le suivi du dossier des véhicules au sein du ministère de l’industrie, « les opérateurs qui importent des véhicules ne sont pas obligatoirement tenus de construire leurs usines ». Mokdad Aggoune signalera que « sur un plan stratégique, ces opérateurs
seront incités à produire localement dans la mesure où l’importation est un dispositif mis en
place pour faire face au besoin pressant local ». En ce qui concerne les importations, M. Aggoune a indiqué que 127 dossiers « recevables » ont été déposés au ministère. Parmi ces dossiers, 80 ont reçu des autorisations préalables pour tous types de véhicules.

« Jusqu’au 11 janvier, le ministère a délivré 41 agréments ayant permis d’introduire 12 marques de véhicules de tourisme et utilitaires sur le marché national », dira-t-il à ce propos en précisant que « parmi ces 12 marques, 8 sont asiatiques dont une marque japonaise », ajoutant que la moitié des sièges sociaux sont établis à Alger, le reste des sièges étant répartis sur 15 autres wilayas. Le directeur central au sein du ministère de l’industrie fera également savoir que le ministère du commerce et de la promotion des exportations
a délivré des autorisations d’importation de divers types de véhicules à 24 opérateurs économiques, rappelant qu’au total, un quota de 180.000 véhicules a été accordé aux différents importateurs pour le programme de l’année 2023, pour un montant global de 1,9 milliard de dollars.

B. A