La banque d’Algérie le souligne dans sa dernière note de conjoncture : Financements bancaires et valeur du dinar en hausse

0
1479
La Banque d'Algérie

PAR R. AKLI

Crédits à l’économie et parité de la monnaie nationale en hausse, excédent de la balance des paiements et niveau de liquidité bancaire en baisse. C’est ce que fait ressortir en substance la toute dernière note de conjoncture de la banque d’Algérie (BA), rendue publique hier sur son site internet. Le rapport, qui retrace les principales tendances financières et monétaires des neuf premiers mois de l’exercice écoulé, indique que les banques de la place deviennent désormais de plus en plus prêteuses, l’encours des crédits accordés à l’économie ayant atteint un montant global de 10.703,64 milliards de dinars à fin septembre 2023, contre 10.115,24 milliards de dinars à fin 2022.

La BA situe en ce sens le rythme de croissance des financements bancaires à l’économie à un niveau de 5,82% sur la période considérée, « contre seulement 3,3% pour toute l’année 2022 ». Dans le détail, la note de conjoncture précise que « le stock des crédits octroyés par les banques publiques s’est accru de 5,44% par rapport à fin 2022, passant ainsi de 8653,80 milliards de dinars à 9124,94 milliards de dinars à fin septembre 2023 ». De même, l’encours global des financements accordés par les banques privées est passé de 1458,48 milliards de dinars à 1575,71 milliards de dinars, soit une progression de 8,04% à fin septembre 2023 comparativement à fin 2022.

Le montant des crédits accordés aux entreprises publiques, note l’institution monétaire, « a atteint 4553,08 milliards de dinars contre 4350,14 milliards de dinars à fin 2022, soit une hausse de 4,66% ». Ceux accordés aux entreprises privées et aux ménages ont pour leur part progressé respectivement de 6,33% et de 8,19%, selon le même rapport qui souligne qu' »en termes d’indicateurs de solidité financière, le niveau de solvabilité globale des banques reste supérieur au minimum requis et n’a cessé de s’améliorer durant les neuf premiers mois de l’exercice écoulé ».

Niveau de solvabilité globale de 21,3%

De fait, « le secteur bancaire a enregistré un niveau de solvabilité globale de 21,3% à fin septembre 2023 constituant ainsi un niveau plus qu’adéquat de fonds propres », note la banque centrale, qui indique au demeurant avoir poursuivi ses interventions sur le marché monétaire, « notamment ses opérations de reprise de liquidité ». Aussi, relève-t-elle, les neuf premiers mois de l’année écoulée « ont connu une baisse de la liquidité bancaire de 16,4% », les interventions de la BA sur le marché monétaire visant, faut-il le souligner, à contenir d’éventuelles sources d’excès de liquidité potentiellement inflationnistes.

Dans l’ensemble, et malgré une hausse de la circulation fiduciaire hors banques, qui s’est accrue de 8,6% par rapport à fin 2022, atteignant ainsi 8026,19 milliards de dinars à fin septembre 2023, la situation monétaire évolue positivement selon le constat général de la banque centrale, le secteur bancaire affichant ainsi une bonne santé financière et améliorant progressivement son concours au financement de l’économie. En mai 2023, faut-il le rappeler, la BA avait qualifié d' »insuffisant » le rythme de croissance des crédits à l’économie, au regard des capacités de financement de la place bancaire nationale, appelant dès lors les banques « à renforcer et développer le financement de l’économie, d’autant que celles-ci enregistrent des conditions idoines de liquidité et de solvabilité ». Une situation qui commence ainsi à s’améliorer, les banques de la place œuvrant depuis à desserrer de plus en plus les cordons de la bourse afin de mieux accompagner la redynamisation de l’investissement, comme le fait ressortir le nouveau rapport de la banque centrale.

Le même rapport met au demeurant en exergue la bonne tenue des indicateurs macro-économiques du pays, avec un solde global de la balance des paiements qui demeure excédentaire, malgré son recul de 11,9 milliards de dollars à 6,6 milliards de dollars entre les neuf premiers mois de 2022 et la même période en 2023. En outre, la BA indique que le cours du dinar algérien contre le dollar américain a enregistré une légère appréciation de 0,04% atteignant 137,1699 DA pour un dollar à fin septembre 2023 contre 137,2214 à fin décembre 2022. En termes de taux de change nominal effectif, l’institution fait état par ailleurs d’une appréciation de 8,6% en moyenne entre les deux périodes prises en référence.

R. A