La Banque d’Algérie publie sa note de conjoncture : «Hausse appréciable de la valeur du dinar»

0
410

Par R. Akli

La valeur du dinar algérien a gagné 3,9% contre le dollar américain et 10,5% contre l’euro durant le troisième trimestre de l’année écoulée, indique la dernière note de conjoncture financière et monétaire, rendue publique hier par la Banque d’Algérie (BA).

«Cette appréciation appréciable reflète la volonté de la Banque d’Algérie de lutter contre l’accélération de l’inflation importée, en contexte de sous-évaluation ponctuelle du dinar par rapport à ses fondamentaux et de la faiblesse conjoncturelle de l’euro», explique l’institution monétaire dans son nouveau rapport retraçant la conjoncture des neuf premiers mois de l’exercice écoulé.

Le dinar algérien, y est-il précisé, «a connu une forte appréciation de 11,92% face à l’euro, passant ainsi de 157 dinars pour un euro à fin décembre 2021 à 138,29 dinars pour un euro à fin

septembre 2022, et une légère dépréciation de 1,36% face au dollar en passant de 138,83 dinars pour un dollar à 140,72 dinars pour un dollar entre fin décembre 2021 et fin septembre 2022».

Excédent de la balance des paiements

L’évolution favorable de la parité de la monnaie nationale, qui se poursuit d’ailleurs en 2023 – le dinar étant coté actuellement à 136,5 pour un dollar et 144,5 pour un euro -, résulte de la nette amélioration des indicateurs macro-économiques et macro-financiers du pays, dont notamment le solde global de la balance des paiements qui, à la faveur de l’amélioration des prix du pétrole et du gaz, enregistre ces derniers mois des soldes positifs après plusieurs années de déficit.

Ainsi, selon les dernières évaluations de la BA, la balance des paiements de l’Algérie – baromètre de l’état de ses échanges financiers avec le reste du monde – «affiche un excédent appréciable de 11,83 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2022, contre un déficit de 2,477 milliards de dollars à fin septembre 2021».

Une évolution plus que notable, induite notamment par un excédent de 18,06 milliards de dollars de la balance commerciale à fin septembre 2022, contre un déficit de 790 millions de dollars à la même période de 2021.

Cette performance, souligne le rapport de conjoncture de la banque centrale, «intervient suite à la hausse des exportations d’hydrocarbures et à la progression des exportations de biens hors hydrocarbures dans un contexte marqué par une légère augmentation des importations de biens».

Accroissement des réserves de change

Corrélativement à ces évolutions positives des fondamentaux de l’économie nationale, la BA indique que «les réserves officielles de change de l’Algérie (or monétaire non inclus) s’élevaient à 52,76 milliards équivalent dollars US à fin septembre 2022, contre 45,29 milliards à fin décembre 2021».

Hors droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international (DTS) et or monétaire, «les réserves de change se sont établies à fin septembre dernier à 48,755 milliards de dollars, contre 41,382 milliards de dollars à fin 2021», note la même institution, qui précise, en outre, que «le stock d’or monétaire de l’Algérie à fin septembre dernier est resté inchangé à 5.585.772,702 onces».

Hausse de la circulation monétaire hors banques

Au plan monétaire interne, le rapport de conjoncture de la banque centrale révèle notamment que la circulation fiduciaire hors banques s’est accrue de 10,18%, atteignant ainsi une part de 33,35% du total de la masse monétaire, soit 7395,1 milliards de dinars à fin septembre 2022, contre 6712,2 milliards de dinars à fin 2021.

S’agissant du niveau de liquidité globale des banques, la note de conjoncture de la BA indique qu’à fin septembre 2022, celle-ci s’élève à plus de 1809 milliards de dinars contre 1331,9 milliards de dinars à fin 2021, soit un accroissement de 477,2 milliards de dinars.

Quant à l’encours des crédits accordés à l’économie, il a atteint 10.202,9 milliards de dinars à la même période, contre 9794,7 milliards de dinars à fin 2021, soit une hausse estimée à 4,17%.

Enfin, souligne la BA, à fin septembre 2022, le Fonds de régulation des recettes (FRR), alimenté par les excédents enregistrés en termes de fiscalité pétrolière, présentait un solde positif de 698,1 milliards de dinars.

R.A.