La banque ouvrira son capital dans les tout prochains jours : Le prix de l’action CPA fixé à 2300 DA

0
6200

PAR R. AKLI

L’Opération d’ouverture du capital social du crédit populaire d’Algérie (CPA) prendra officiellement effet avant fin janvier courant, soit dans les tout prochains jours, après officialisation du visa de la commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (Cosob) qui fait office d’autorité boursière, apprend-on de sources très au fait du dossier. La banque publique, qui a déjà obtenu l’aval du conseil des participations de l’Etat (CPE) en vue de l’ouverture de son capital à la participation privée, procédera ainsi au lancement d’une offre publique de vente d’actions (OPV) afin d’opérer une levée de fonds sur le marché boursier pour un montant total de pas moins de 135 milliards de dinars. Pour ce faire, le CPA mettra ainsi en vente environ 60 millions d’actions représentant une fraction de près de 30% de son capital social, soit l’OPV la plus importante depuis la mise en place du marché boursier d’Alger en 1999.

Selon nos sources, le prix d’émission de l’action du CPA est fixé à 2300 DA et l’opération d’achat de ces titres sera ouverte à un large public, c’est-à-dire à l’ensemble des catégories d’épargnants, qu’il s’agisse de particuliers, d’entreprises privées et publiques ou de tout autre souscripteur institutionnel. En avril 2023, lors d’une réunion du conseil des ministres, le chef de l’Etat, faut-il le rappeler, avait donné officiellement instruction au gouvernement « d’accélérer le processus d’ouverture de capital social de banques publiques sur la base de procédures rigoureusement étudiées, de sorte à favoriser le changement de leurs anciens modes de gestion, axés jusqu’ici sur des méthodes administratives au lieu de critères d’efficacité économique ». Le président avait alors particulièrement insisté sur l’exigence d’observer une transparence totale dans la mise en œuvre de la réforme financière, ainsi que sur la nécessité de s’adapter aux grandes mutations mondiales en lien avec ce secteur.

Aussi, deux des six grandes banques commerciales que compte le secteur étatique, en
l’occurrence le crédit populaire d’Algérie et la banque de développement local (BDL), ont été dès lors sélectionnées en vue de l’ouverture de leur capital social en bourse à hauteur de 30%. La finalité ciblée à travers ces opérations inédites de privatisations bancaires partielles est à la fois de favoriser la modernisation des modes de management et de gouvernance des banques à travers leur ouverture au capital privé, mais également de relancer l’activité du marché des capitaux local en vue de mieux capter l’immense épargne circulant hors circuits officiels. Et alors que la BDL se prépare à ouvrir son capital social en bourse dans le courant du premier semestre de cette année, le CPA s’apprête pour sa part à lancer officiellement son offre publique de vente d’actions dans les tout prochains jours, après avoir accompli toutes les procédures requises à cet effet, dont notamment son évaluation financière, réalisée par un cabinet de conseil international, ainsi que le dépôt, au début du mois en cours, de sa demande de visa auprès de la Cosob, ultime étape avant le lancement effectif de son opération d’appel public à l’épargne.

A souligner que de par la solidité financière du CPA et sa crédibilité en tant que nouvel émetteur en bourse, les acteurs de la place financière locale s’attendent à un réel engouement des particuliers et des entreprises privées pour l’achat de ses actions, d’autant que le produit des placements en bourse est exonéré de toutes taxes et impôts. Qui plus est, le succès escompté de cette première opération d’ouverture de capital d’une grande banque publique devrait permettre d’insuffler un nouvel élan au marché boursier d’Alger, dont la capitalisation et la contribution à la collecte de l’épargne et au financement de l’investissement demeure des plus mitigées depuis sa mise en place il y a déjà plus de deux décennies.

R. A