La disponibilité des médicaments en question

0
70
Ferhat (DG de la PCH) : «Le dossier de rupture des médicaments est clos»

/Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, et le Syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo) ont convenu lundi de lancer les travaux de la cellule de veille et de suivi de la disponibilité des médicaments, une structure dont l’objectif premier est de remédier aux perturbations touchant le marché des produits pharmaceutiques, sous tension ou en rupture au niveau des officines.

Pour autant, cette cellule aura pour mission d’assurer le contrôle et l’inspection de la chaîne de distribution du médicament et des pratiques commerciales, dans un contexte où le Snapo a recensé, l’année dernière,  plus de 300 médicaments en rupture de stock, parmi lesquels les produits contre les maladies du sang et les anti-cancéreux. A l’issue d’une audience qu’a accordée le ministre de la Santé à une délégation du Syndicat National Algérien des Pharmaciens Privés conduite par son président Messaoud Belambri, les deux parties ont abordé également la question de la publication de la liste des substances psychotropes au Journal Officiel, conformément au décret exécutif relatif à la gestion de ces produits, en date du 9 juillet 2015, et aux articles 2 et 3 de la loi 04/2018, qui vise à assurer la protection et la sécurité des pharmaciens dans les officines et les hôpitaux, indique le ministère de la Santé dans un communiqué.  Les textes d’application de la loi 11-18 relative à la santé concernant le pharmacien, l’assistant du pharmacien et la formation continue ont été, en outre, discutés, indique le ministère.

Préparation des assises nationales

En profitant de cette occasion le ministre a mis en exergue ce type de réunion de concertation avec les différents partenaires sociaux, rappelant qu’elle constitue «le terrain de dialogue et de concertation le plus approprié à tous les niveaux pour présenter les préoccupations et trouver des solutions aux différents problèmes soulevés dans le cadre du renforcement et de l’amélioration de la prise en charge de la santé publique. Soit, autant de questions qui feront l’objet de discussions lors des assises régionales du secteur de la santé qui sont actuellement organisées en vue de la tenue des assises nationales qui doivent se tenir avant la fin de l’année en cours, ajoute la même source. Devant les membres du Syndicat National des Pharmaciens d’Officine, le ministre a souligné aussi «l’importance de saisir l’opportunité du changement et du renouveau en participant fortement aux prochaines assises nationales qui seront consacrées à redynamiser le secteur de la santé afin de répondre aux nouveaux défis et aux problèmes de santé, et de contribuer à un diagnostic précis de l’état du secteur de la santé en formulant leurs observations, recommandations et solutions appropriées afin de mettre en œuvre un système de santé qui répond aux besoins actuels et futurs».  Pour leur part, les membres de la délégation du Snapo ont salué l’ambiance qui a caractérisé les travaux des assises régionales préparatoires aux assises nationales de santé auxquelles ils ont participé, exprimant la volonté de leur syndicat d’y participer fortement avec l’objectif d’organiser le secteur en général et la corporation des pharmaciens en particulier, y compris privée, en plus d’améliorer leurs conditions de performance, que ce soit au niveau des hôpitaux ou des pharmacies privées, en raison de l’importance du rôle pivot joué par le pharmacien, poursuit le communiqué.

Aussi, les membres du bureau syndical ont mis en avant un certain nombre de préoccupations et de suggestions professionnelles actuelles, telles que la formation du personnel de pharmacie, l’élargissement du processus de vaccination contre le Covid-19 et la vaccination contre la grippe saisonnière. Pour rappel, le syndicat des pharmaciens d’office a, à maintes fois, fait parler de lui sur la scène de la revendication sociale, à travers notamment les sit-in organisés pour réclamer notamment l’augmentation de la marge bénéficiaire des pharmaciens d’officine, et résoudre la question de l’organisation et la réglementation portant gestion des psychotropes, qui expose les pharmaciens à des sanctions pénales et à des risques sur les plans de la gestion et de la sécurité.

  1. R.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici