La Gendarmerie révèle les détails d’un horrible crime commis à Beni Yenni

0
11533

La gendarmerie nationale a révélé dans un communiqué ce mercredi les circonstances d’un horrible crime commis mardi dans la commune de Beni Yenni en Kabylie.

Alertée mardi à 1h50 du matin pour un accident de la route survenu dans la route communale n°6 au niveau du village Ait Lahcen, la gendarmerie a fini par y découvrir un crime horrible.
Arrivée sur les lieux de l’accident signalé, les gendarmes du groupement de Beni Yenni ont, ainsi, découvert un véhicule de type DFSK renversé sur la route.
Sur le véhicule, les éléments de la gendarmerie ont décelé des traces de sang sur la route ainsi qu’un objent tranchant tâché de sang également.
À l’intérieur du véhicule renversé, les gendarmes ont découvert le corps sans vie du dénommé H.Y âgé de 28 ans.

L’autopsie du corps a, d’ailleurs, révélé que le décès est dû à des coups avec un objet tranchant. Le corps portait également d’autres lésions dans différentes parties.
Les investigations ont conduit à une maison dotée d’une caméra de surveillance donnant sur le lieu du crime. Avec la coopération du propriétaire de la maison, la gendarmerie a pu visionner les images de vidéosurveillance.

Les auteurs du crime ont avoué 

Les vidéos visionnées ont permis d’indentifier deux individus CH. K âgé de 55 ans et son fils CH.N âgé de 28 ans. Ces derniers ont abordé la victime avec leur véhicule avant de s’en prendre à elle par des coups à l’aide de l’objet tranchant en métal jusqu’à ce qu’il succombe à ses blessures.
Une fois leur forfait accompli, ils ont renversé son véhicule pour faire croire à un accident de la route. Une brigade de la gendarmerie de Larbaa Nath Irathen a procédé à leur arrestation à leur domicile.
Après confrontation aux images de vidéosurveillance et à un témoignage, les deux suspects ont avoué les faits. Les suspects ont évoque un acte de vengeance. La victime les aurait agressés en septembre 2023, selon leurs dires.
La gendarmerie informe, en outre, que les deux suspects seront présentés devant la justice une fois les investigations achevées. Ils sont accusés d’homocide volontaire à l’aide d’une arme blanche avec prémiditation et de destruction délibérée de biens d’autrui.