La liquidité monétaire en hausse à 1500 milliards DA  

0
9

/La crise de liquidité fait désormais partie du passé, le gouverneur de la banque d’Algérie, Rostom Fadli, affirme que la question ne se pose plus aujourd’hui.

 «La liquidité bancaire a enregistré une hausse à 1500 milliards de dinars à la date du 6 mars courant», a-t-il indiqué hier, en marge du Forum intitulé « Legal Business Forum », initié par la start-up Legal Doctrine. Selon lui, la Banque centrale a réussi à régler la crise de «la liquidité monétaire durant la crise de Covid-19», tout en annonçant que «maintenant, nous en avons pour trois ans de stock», s’est-il réjoui. En fait, la chute importante du volume de la liquidité monétaire, à partir de l’année 2020 qui est celle de la crise sanitaire, a été fortement ressentie par les Algériens. La liquidité bancaire avait atteint son niveau le plus bas en touchant pour la première fois le fond avec 600 milliards de dinars. Résultat des courses : des citoyens formaient des files d’attente interminables devant les guichets à la recherche du fameux billet pour couvrir les besoins essentielles de leurs familles et les patrons pour payer les salaires dans une économie qui compte énormément sur la monnaie fiduciaire.  De l’autre côté de la vitre, des établissements financiers et banques peinaient à honorer leurs engagements envers leur clients, une situation très difficile à gérer pour la Banque centrale qui est appelée à injecter plus de liquidités sans le recours à la planche à billets.  Pour ce qui est de l’année 2021, la situation n’a commencé à s’améliorer qu’à partir du quatrième trimestre où le niveau global de la liquidité globale des banques est passé de 632,3 milliards de dinars à fin décembre 2020 à 1485,6 milliards de dinars à fin novembre 2021.   Par rapport aux deux années précédentes, la situation s’est améliorée avec d’un côté la reprise de l’activité, la hausse des recettes pétrolières et la dévaluation de la monnaie nationale qui ont permis le retour à la normale de la situation dans le secteur bancaire, comme le confirme le gouverneur de la banque d’Algérie en annonçant qu’«aujourd’hui les voyants sont au vert».    

  1. B.

++++++++++++++++++++++

Impact de la guerre en Ukraine

«Une cellule de crise a été constituée»

Questionné sur l’impact du conflit entre l’Ukraine et la Russie sur l’économie algérienne, M. Fadli a indiqué que la Banque d’Algérie a pris ses dispositions et « une cellule de crise a été constituée et travaille en étroite collaboration avec la cellule du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger ».