L'Algérie Aujourd'hui
Le Monde

La Turquie abrite une nouvelle session de négociations

Des délégations russe et ukrainienne vont se retrouver en Turquie d’aujourd’hui à mercredi pour un nouveau round de négociations en présentiel, a annoncé hier l’un des négociateurs ukrainiens, David Arakhamia.

Le négociateur en chef côté russe, Vladimir Medinski, cité par les agences russes, a annoncé lui aussi la tenue d’un nouveau round de pourparlers, mais en disant qu’ils se dérouleraient mardi et mercredi, sans préciser le lieu.

« Lors de discussions aujourd’hui en visioconférence, il a été décidé de tenir le prochain round en présentiel en Turquie du 28 au 30 mars », a indiqué David Arakhamia sur sa page Facebook. Une séance de négociations russo-ukrainiennes en présentiel avait déjà eu lieu le 10 mars en Turquie, à Antalya, au niveau des ministres des Affaires étrangères et à l’invitation d’Ankara, sans déboucher sur des avancées concrètes. Depuis, les discussions se sont poursuivies par visioconférence, jugées « difficiles » par les deux camps.  « Le processus de négociation est très difficile », déclarait encore vendredi le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba. Il avait nié tout « consensus » avec Moscou, alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan avait assuré un peu plus tôt que la Russie et l’Ukraine étaient d’accord sur quatre points de négociation sur six. « Il n’y a pas de consensus avec la Russie sur les quatre points mentionnés par le président de la Turquie », avait affirmé M. Kouleba, saluant toutefois « les efforts diplomatiques » d’Ankara pour mettre fin à la guerre.

+++++++++++++++++++++

Macron met en garde contre une «escalade des mots»

Le président français Emmanuel Macron a mis en garde contre une « escalade des mots et des actions en Ukraine », après les propos de son homologue américain Joe Biden qualifiant M. Poutine de « boucher ».  « Il faut continuer à parler avec les Russes, il faut continuer à parler avec le président Poutine », a martelé le ministre des AE français, Le Drian, lors du Forum de Doha, qui réunit dans la capitale du Qatar des personnalités internationales du monde politique et économique. « Il faut être dans l’exigence du dialogue, dans sa clarté, sans aucune naïveté, avec beaucoup de fermeté, mais continuer à lui parler pour qu’à un moment donné il considère que le prix à payer pour son intervention en Ukraine est tellement élevé qu’il vaut mieux négocier », a insisté Jean-Yves Le Drian.  

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus