L’Algérie devient le 1er exportateur de ciment et clinker en Afrique

0
133

L’occasion de la tenue du 18e Salon international des travaux publics (SITP) a été saisie par les responsables de Lafarge-Holcim Algérie (LHA) pour faire le bilan de 20 ans de présence dans le pays et annoncer par-là même du nouveau pour les semaines et mois à venir. Pour Nicolas George, représentant du groupe Holcim en Algérie, «nous sommes particulièrement fiers du travail accompli, mais nous avons encore beaucoup à faire et nous sommes impatients de jouer un rôle clé dans une économie durable et une construction verte de la nouvelle Algérie».

Devenu aujourd’hui acteur de référence pour les matériaux et solutions de construction dans le pays, LHA entend peser encore plus, à l’avenir, sur la filière en Algérie, à travers la diversification de la production, le lancement de produits innovants. Des défis qui s’accordent avec les objectifs de neutralité carbone et de préservation de l’environnement, mais qui entendent aussi participer à l’effort du pays pour renverser la tendance des exportations et la faire peser en faveur des produits hors hydrocarbures.

Parmi les principaux acquis, la compétence locale, reconnue au niveau du groupe, et qui a fait que le nombre d’expatriés passe de 124 à 3 seulement.
Pour mieux l’illustrer, le patron de LHA passera la parole à ses collaborateurs pour énoncer, tour à tour, les nombreuses réalisations, mais aussi mettre en valeur la contribution de l’entreprise dans le développement et la modernisation de l’industrie, ainsi qu’à l’émergence de nouvelles solutions pour la construction.

Importateur de ciment jusqu’en 2017, l’Algérie est devenue exportateur de ce produit et de ses dérivés depuis 2018 pour en faire, dès cette année, le premier exportateur de ciment et clinker en Afrique, et le second sur le bassin méditerranéen. Et la contribution de Lafarge-Holcim Algérie y est mise en évidence à travers les 2,6 millions de tonnes exportées l’an dernier (sur un total de 6 millions de tonnes exportées par l’Algérie), volume qui passera à 3,5 millions de tonnes cette année (sur le 10 millions de tonnes que compte exporter le pays).

Et outre le fait de contribuer à la réduction de la facture d’importation et de la préservation de l’environnement à travers une économie circulaire qui faire recourir à la réutilisation de déchets des hôpitaux et de l’industrie pharmaceutique, mais aussi à l’utilisation de boue récoltée du désenvasement des barrages.

Lafarge-Holcim, un fournisseur de solutions et de produits innovants

Lafarge-Holcim Algérie se positionne aujourd’hui comme un fournisseur de solutions pour l’industrie des hydrocarbures, entre autres, à la faveur d’une offre complète pour la cimentation de puits de forage et de traitement des fluides de forage, une solution 100% locale.

Les défis environnementaux ont mené LHA à un processus de transformation vers la neutralité carbone au travers des solutions et produits verts, dont le Chamil EcoPlanet, premier ciment «vert» en Algérie, avec une empreinte carbone de moins 40%, avec des performances égales à un ciment classique standard. L’Airium est l’autre solution (minérale) proposée pour l’isolation thermique des bâtiments, la seule en Algérie, récompensée par le label Solar Impulse efficient solution.

Ardia représente, de son côté, la dernière innovation pour la construction et la rénovation des routes. Et à ce propos, Nicholas George révélera qu’un tronçon de 8 km réalisé par l’entreprise il y a 5 ans au niveau de l’accès à son unité de Mascara, ainsi qu’un autre de 60 km à Tlemcen en sont le plus bel exemple.

De nouveaux investissements à venir

Outre les nombreux investissements réalisés depuis son arrivée en Algérie, LHA entend poursuivre sa démarche au vu des résultats probants enregistrés. Déjà leader du recyclage avec sont unité d’Orgaz à Mascara qui dispose d’un four à même d’incinérer les déchets industriels et pharmaceutiques, entre autres, LHA ambitionne de reproduire cette opération à travers ses autres sites de M’sila et Biskra où des investissements de 80 millions de dinars sont prévus. Ceux-ci viendront s’ajouter aux centaines de millions de dinars consentis jusqu’à présent, et aux 60 millions de dinars que dégage l’entreprise chaque année dans des actions caritatives, éducatives et environnementales, à l’image du reboisement autour des carrières en fin d’activité.

B. A.