L’Algérie fait don de 16.000 tonnes d’engrais au Kenya : la solidarité africaine par les actes

0
875
L'Algérie fait don de 16.000 tonnes d'engrais au Kenya : la solidarité africaine par les actes

PAR ZINE HADDADI

Pour l’Algérie, la solidarité africaine se traduit par des actes et dépasse le cadre du simple slogan. Dans cet esprit, l’Algérie a décidé de faire un don de 16.000 t d’engrais au Kenya, sur instruction du président de la République. Il s’agit de l’urée 46, un engrais essentiel pour la fertilisation des terres pour améliorer les rendements. L’initiative de l’Algérie entre dans le cadre de sa politique d’aide au développement des pays africains.

En décembre 2023, en marge de sa visite à la foire de la production nationale à Alger, Abdelmadjid Tebboune avait insisté sur l’importance stratégique de l’engrais, précisant que l’Afrique avait la priorité pour les exportations de ce produit. Le chef de l’Etat avait toutefois tenu, à cette même occasion, à souligner que l’Algérie n’avait pas pour principe d’utiliser l’engrais comme une arme politique malgré son importance. « Nous avons l’obligation d’aider l’Afrique », avait déclaré le président de la République.

Au-delà du domaine de l’engrais, l’Algérie a matérialisé sa doctrine de solidarité avec les pays africains par des actes.

L’Algérie engagée dans la bataille du développement en Afrique

En février 2023, le président de la République avait décidé d’allouer un milliard de dollars
américains destiné au financement des projets de développement dans les pays africains via l’agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement. Cette agence créée en 2020 par Abdelmadjid Tebboune compte justement parmi ses missions d’assurer le suivi de la gestion technique et financière des projets d’assistance et de coopération internationale, en faveur de pays tiers.

L’annonce avait été faite à l’occasion de la tenue du 36e sommet des chefs d’Etat et de
gouvernement de l’union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Ethiopie. Ces dernières années,
l’Algérie a œuvré pour revenir au sein de sa grande famille en Afrique par une présence effective et concrète. Dans cette optique, Tebboune avait mis l’accent sur « la nécessité de se concentrer sur les efforts de développement du continent africain, et ce, contrairement aux pays occidentaux qui s’intéressent à l’Afrique sur le plan purement géopolitique ».

Pour cette année 2024, à titre d’exemple, il est prévu qu’une liste de marchandises à échanger dans le cadre du troc avec le Niger, la Mauritanie et le Mali soit établie, conformément aux instructions du président de la République. Dans un autre registre, l’Algérie s’est engagée à faire bénéficier l’Afrique de son expertise en matière de startups.

Le sous-développement n’est pas une fatalité pour l’Afrique

Par ailleurs, dans l’objectif de rétablir les ponts avec le continent africain, Air Algérie a procédé en 2023 à l’élargissement de son réseau de destination en Afrique. L’ouverture de plusieurs nouvelles liaisons, comme celle avec Johannesburg, Addis-Abeba et Douala ainsi que le renforcement des lignes déjà existantes, fait partie des actions concrètes entamées par la compagnie aérienne nationale pour se repositionner en Afrique où elle avait laissé le terrain à d’autres compagnies africaines comme à celle des pays du Golfe.

A travers ses différentes prises de parole concernant l’Afrique, il ressort clairement que Abdelmadjid Tebboune a à cœur de développer ce qu’il a lui-même qualifié de « vision africaine nouvelle et renouvelée »

Pour le président de la République, l’Afrique a le potentiel pour relever le défi du développement économique à condition de faire des efforts pour rattraper le retard enregistré en la matière.

« Les taux élevés de chômage ne sont pas inévitables en Afrique », avait ainsi déclaré le chef de l’Etat exprimant sa foi en le renouveau du continent africain non pas par des slogans mais par des actions allant dans le sens d’une vision nouvelle d’un point de vue économique.

Z. H.