L’Algérie mobilise 4 vols pour rapatrier ses enfants

0
10

/Depuis le début de la crise ukraino-russe, ils sont près de 1400 Algériens à avoir franchi les frontières ukrainiennes pour fuir la guerre, a annoncé, hier, Abdelhamid Abdaoui, directeur de la communication et de l’information au ministère les Affaires étrangères.

Un chiffre qui est à revoir à la hausse si l’on prend en considération le nombre de ressortissants algériens qui ont fait le choix de se diriger vers «des pays autres que la Pologne et la Roumanie, à l’image de la Slovaquie et la Moldavie», selon le responsable qui indique qu’«ils sont aussi nombreux à être restés sur place pour honorer leurs engagements familiaux». Face à une situation sécuritaire qui se complique de jour en jour, Abdaoui a tenu à rassurer les familles des algériens en Ukraine en affirmant que l’ensemble des ambassades situées dans les pays frontaliers avec l’Ukraine sont mobilisées pour assurer la protection des citoyens algériens car c’est une «question de principe» de la République, indique-t-il.

Abdaoui (MAE) : «Des parties veulent impliquer l’Algérie dans ce conflit»

Dans ce sens, il annoncé que 4 vols de rapatriement seront organisés au profit de notre communauté algérienne qui désire rejoindre le pays. Pour rappel, le 3 mars dernier 76 Algériens sont arrivés à l’aéroport Houari Boumediene à bord d’un le vol d’Air Algérie en provenance de Bucarest, capitale de le Roumanie. Concernant la suspension des activités de l’ambassade d’Algérie en Ukraine depuis avant-hier, le responsable a tenu à préciser qu’il s’agit d’une «suspension temporaire imposée par la situation sécuritaire». Toutefois, il a annoncé que «les portes de la représentation algérienne en Ukraine restent ouvertes pour les ressortissants algériens qui se trouvent sur place».

«Notre pays ne fera jamais participer ses citoyens à un conflit quelconque»

Concernant l’appel à une mobilisation armée fait par l’ambassade d’Ukraine en Algérie au profit des ressortissants algériens, lancé via un communiqué qui a été rapidement retiré, Abdelhamid Abdaoui a tenu à mettre les points sur les i en déclarant que «ce genre de pratiques vont à l’encontre des principes de la politique extérieure du gouvernement algérien». Il poursuit : «La politique du gouvernement algérien est très claire en ce qui concerne les conflits internationaux, l’Algérie ne fera jamais participer ses citoyens à un conflit quelconque. Il y a des parties qui veulent impliquer l’Algérie dans ce conflit mais l’Algérie est un pays qui est pour une gestion pacifique des conflits dans le monde». S’agissant du rapatriement de la dépouille de Mohamed Abdelmoaïm Talbi, jeune étudiant algérien tué par balle à Kharkiv, le responsable a déclaré que le gouvernement ainsi que les services des Affaires étrangères suivent l’affaire de très près mais le rapatriement est pour le moment non envisageable en vue de la détérioration de la situation sécuritaire dans la ville, théâtre d’affrontements armés.

W. S.