L'Algérie Aujourd'hui
A la Une Dernières infos

L’Algérie va revoir tous les accords avec l’Espagne

/L’Algérie procédera à une révision de tous les accords qu’elle a conclus avec l’Espagne, en réponse au revirement diplomatique du gouvernement de Pedro Sanchez au sujet de la question du Sahara Occidental, a déclaré lundi à Rome, Chakib Kaïd, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères.

«Il est clair que l’Algérie va revoir tous les accords avec l’Espagne, dans tous les domaines, pour voir comment la relation évolue à l’avenir», a affirmé M. Kaïd, à partir de la capitale italienne Rome, selon une déclaration rapportée par le correspondant local du journal espagnol El Correo. M. Kaïd a également indiqué que l’Espagne n’avait pas informé l’Algérie à propos du «revirement de la politique étrangère de Madrid». «Nous sommes très surpris par ce revirement inexpliqué», a-t-il déclaré, selon ce média.

Pas de conséquences immédiates

Cependant, le SG du MAE algérien a exclu qu’il y ait des conséquences immédiates dans la vente de gaz et de pétrole algériens à l’Espagne, sans exclure que les contrats actuels ne soient pas renouvelés à leur expiration en 2030 après la récente prolongation scellée en janvier par l’entreprise énergétique espagnole Natury et l’entreprise publique algérienne Sonatrach, ajoute la même source. Aussi, M. Kaïd n’a pas fermé la porte à «un futur rapprochement» avec l’Espagne si elle revenait au statut antérieur. «En diplomatie, tout est possible. Nous espérons que nos amis espagnols prendront les mesures nécessaires dans ce sens», a-t-il déclaré à El Correo, rejetant le mot «trahison» qui a été attribué à son gouvernement. «Je ne veux pas utiliser de grands mots, je parle de surprise et de grande déception», aurait déclaré le SG, selon El Correo. 

Pas de vols supplémentaires vers l’Espagne

Et, si officiellement la réflexion est engagée à Alger sur la réponse à apporter au revirement du gouvernement espagnol, il est à souligner que cette annonce de la révision des accords avec l’Espagne se veut la première mesure «forte» de l’Algérie, après le rappel de son ambassadeur à Madrid, Saïd Moussa, pour consultations. Alger qui respecte ses engagements avec l’Espagne, pourrait réviser le prix du gaz conformément aux contrats entre les deux pays qui prévoient des clauses contractuelles stipulant une révision périodique des prix en fonction de l’évolution du marché.  A cela s’ajoute, l’absence de vols supplémentaires dans le nouveau programme d’Air Algérie vers l’Espagne, annoncé avant-hier, contrairement au premier programme qui avait été annulé. Ce qui est assimilée à une mesure de rétorsion à l’égard de l’Espagne qui a pris position pour le plan d’autonomie marocain en faisant  abstraction du plan onusien qui prévoit l’autodétermination du peuple sahraoui.  Autre conséquence, Alger se tourne, en effet, vers l’Italie pour approfondir ses relations dans le domaine énergétique, ce qui confirme un tant soit peu les inquiétudes exprimées par les Espagnols au lendemain du revirement du gouvernement Sanchez, quant  à l’avenir des approvisionnements énergétiques à partir de l’Algérie, et que l’Espagne allait perdre son statut de porte de l’Europe pour le gaz algérien. Alger et Rome se considèrent comme «des partenaires stables et fiables», selon M. Kaid.

A. R.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus