Le Cameroun lance la guerre psychologique 

0
9

A quelques jours du rendez-vous hyper-important entre l’Algérie et le Cameroun, chaque équipe est en train de préparer ses plans pour éventuellement arracher le billet qualificatif au Mondial 2022. Tandis que dans le camp algérien, on garde secrètement toutes les dispositions prises pour garantir une bonne préparation des Verts avant cette rencontre, chez nos futurs adversaires, on fait dans la guerre psychologique, comme l’illustrent les déclarations des ancienes légendes, à leur tête Roger Milla qui verse dans un optimisme  beat en prétendant que la pression sera sur les épaules des joueurs algériens. « Nous, on n’a aucune pression, bien au contraire ce sont les Algériens qui doivent nous redouter », ne cesse de dire l’ancien goléador des Lions indomptables. Certes, il est de son droit de soutenir son pays, mais dire que l’Algérie n’a aucune chance de passer dans cette double confrontation, c’est plus que de l’arrogance de la part de Roger Milla qui n’est pas à sa première sortie médiatique controversée. On se rappelle que, avant le début de la dernière CAN, il a fustigé les pays d’Afrique du Nord qu’il avait accusés d’œuvrer en coulisses pour reporter le tournoi en raison de la crise sanitaire. Un autre compagnon d’armes de Milla a manifesté son hostilité contre l’Algérie. Il s’agit de Joseph Antoine Bella, qui, avec des mots à peine voilés, avait tenté de discréditer Djamel Belmadi parce qu’il avait émis des réserves quant à la qualité de la pelouse de Japoma. Ce qui n’a pas plu à l’ancien portier volant qui, depuis, s’est tu heureusement. Patrick M’Boma consultant à Canal + Afrique, s’est érigé en donneur de leçons en pointant du doigt la mauvaise préparation de la CAN par les Algériens. En outre, l’ancien attaquant du Paris Saint Germain estime que les Algériens avaient sous-estimé leurs adversaires. Toutefois, contrairement à ses illustres prédécesseurs en sélection camerounaise, M’Boma n’a fait qu’un constat, ni plus ni moins.

Song : «Il y aura du lourd»

Au moment même où Djamel Belmadi prépare dans la plus grande discrétion le rendez-vous de la fin du mois, Rigobert Song n’a pas encore, apparemment, réalisé qu’il est le patron technique de la sélection camerounaise après avoir exécuté quelques pas de danse la semaine dernière en guise de célébration après sa nomination au poste (la vidéo a fait le buzz sur les réseaux sociaux). Comme on le sait, le néo-coach a fait une virée en Europe pour convaincre des binationaux, entre autres Joel Matip, le défenseur de Liverpool, de réintégrer la sélection. Croisé dans un aéroport, un supporter l’interpella sur les chances de son équipe dans ce dernier tour qualificatif au Mondial. Rigobert Song répliquera : « Il y aura du lourd, ne vous inquiétez pas ! » Le néo-coach des Lions indomptables semble certain que son équipe va se qualifier. Aux coéquipiers d’Ismail Bennacer de le démentir le 29 mars prochain en arrachant la qualification, façon de lui rappeler que la rencontre se jouera sur le terrain et nulle part ailleurs.