Le code de la route dans les programmes scolaires : «Inculquer aux générations futures une culture routière»

0
66

Alors que l’hécatombe routière se poursuit en Algérie avec des chiffres qui donnent froid dans le dos (plus de 32.000 accidents en 2022), de nombreuses réflexions ont été engagées sur ce qui pourrait se faire pour réduire ce phénomène qui rafle des milliers de vies chaque année.

Parmi les solutions retenues et pouvant avoir un véritable impact positif sur le comportement routier, le gouvernement a opté pour l’introduction d’une discipline relative à la sécurité routière dans l’ensemble des programmes de l’éducation nationale.

C’est ce qu’a fait savoir hier la représentante de la délégation nationale de la prévention routière, Mme Fatima Khellaf, lors de son passage sur les ondes de la radio nationale.

Grâce à cette mesure, les enfants pourront se familiariser avec les notions du code de la route et acquérir une culture routière.

Pour cela, et du point de vue législatif, Mme Khellaf a évoqué la dernière loi portant intégration dans l’éducation des notions sur la sécurité routière dans les établissements scolaires, précisant que le décret exécutif 23-93, daté du 5 mars 2023, relatif à l’apprentissage des lois et code de la route au niveau des trois paliers de l’éducation a pour objectif d' »inculquer aux générations futures cette culture routière et le respect de l’environnement ».

Selon la responsable, l’ensemble des mesures prises par le gouvernement seraient vaines en l’absence de l’implication du citoyen, un citoyen qui désormais devra côtoyer le code
de la route sur les bancs de l’école et cela afin de « développer des réflexes spontanés » et
« améliorer son comportement sur les routes », explique-t-elle.

Avec l’obligation d’apprentissage des bases du code de la route, ce décret ambitionne d' »éveiller la conscience de l’enfant sur son environnement et promouvoir chez lui un comportement en tant que futur conducteur de véhicule ou en tant qu’usager des transports en commun et de la route ».

W. S.