L'Algérie Aujourd'hui
Dernières infos

Le Midcat pourrait être relancé : Du gaz algérien vers l’Allemagne

/Des sources gouvernementales espagnoles citées par le quotidien espagnol La Vanguardia annoncent la possibilité de construire un gazoduc traversant la péninsule ibérique et la France pour atteindre l’Europe du Nord.

Le média espagnol, toujours selon ses sources gouvernementales, annonce que ce gazoduc sera alimentée par du gaz algérien et du gaz liquéfié au marché européen «afin d’alléger la dépendance de l’Europe centrale vis-à-vis du gaz russe». D’autres supports médiatiques, à l’image de RT en espagnol, estime que «l’un des pays les plus intéressés par le projet est l’Allemagne, en raison de sa forte dépendance au gaz russe, que le journal décrit comme l’une des principales faiblesses géostratégiques de l’Union européenne dans le colossal tour de force avec la Russie sur le statut de l’Ukraine . En fait, le projet qui se dénomme Midcat, avait été étudié dans un premier temps, pour être ensuite annulé en 2019 par les autorités espagnoles et françaises qui estimaient à l’époque qu’il ne pouvait être réalisé, mettant en avant l’émergence des énergies renouvelables largement plus à la mode. Aujourd’hui, face aux besoins grandissant des économies européennes, la nécessité à encore recourir aux énergies fossiles se fait grandement ressentir. On apprend qu’en 2019, le projet avait alors été évalué à 400 millions d’euros (457 millions de dollars), et s’il venait à être  concrétisé, la péninsule ibérique pourrait devenir une « plate-forme de distribution » et de stockage de gaz naturel dans huit usines de regazéification situées en Espagne et au Portugal.

Une capacité de 7 milliards de m3

L’Espagne, à elle seule, possède 30% de la capacité de stockage de gaz liquéfié en Europe, grâce à ses sept stations de regazéification. Néanmoins toujours selon La Vanguardia, «le pays n’est pas encore prêt à assumer le rôle de centre de distribution de gaz naturel pour toute l’Europe en raison du manque de pipelines». Le quotidien estime que le flux de gaz en provenance de la péninsule n’est pas en mensure à l’heure actuelle de concurrencer «les 55 milliards de mètres cubes par an du Nord Stream 2″, écrit La Vanguardia. A ce propos, les données de l’Office statistique européen donnent la Russie comme le plus grand fournisseur de gaz de l’Europe sur l’année 2021. Avec ses principaux gazoducs dans la région, Nord Stream 1 et Yamal-Europe, la Russie, sur le premier semestre de l’année, a fourni 46,8% de tous les approvisionnements en gaz vers l’Europe. Actuellement, à partir de l’Espagne, les seules liaisons avec la France sont celles du Pays basque et de la Navarre, qui ont une capacité conjointe de 7 milliards de mètres cubes de gaz par an. Selon les sources gouvernementales, le Midcat, qui serait relié à l’usine de regazéification de Barcelone, pourrait apporter 7 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires par an au marché européen. Ce qui va doubler la capacité actuelle. A rappeler également, que les dirigeants de la Sonatrach ont déjà annoncé la possibilité de porter la capacité de transport du Medgaz à 16 milliards de m3 an. «Pour peu que les partenaires de l’Algérie en expriment la demande», avait-on souligné du côté de la Sonatrach.

C. S.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus