Le ministère du Commerce nous a révélé les mesures en détails. Ramadan 2024 : le plan de l’Etat de A à Z

0
3071
Ahmed Mokrani directeur de l’Organisation des marchés, des activités commerciales et des professions réglementées au ministère du Commerce
Ahmed Mokrani directeur de l’Organisation des marchés, des activités commerciales et des professions réglementées au ministère du Commerce

PAR ASSIA T.

Les autorités anticipent le mois de Ramadan. Pour éviter la hantise des pénuries et l’instabilité des prix, une série de mesures a été prise.  »Dans le cadre des préparatifs pour le mois de Ramadan, plusieurs réunions ont été organisées conjointement avec les services du ministère de l’Agriculture et du Développement rural ainsi que le ministère de l’Industrie pour examiner les modalités qui ont pour objectif de répondre aux besoins de la population
notamment pour le mois de Ramadan », a déclaré le directeur de l’Organisation des
marchés, des activités commerciales et des professions réglementées au ministère du
Commerce, Ahmed Mokrani, à l »’Algérie Aujourd’hui ».  »Plusieurs mesures ont été
prises pour renforcer l’approvisionnement du marché en matière de produits de large
consommation, à l’instar du lait subventionné, de la semoule, de la farine, de l’huile, du
sucre, des fruits et légumes ainsi que des viandes blanches et rouges », a-t-il ajouté.

En effet,  »un programme spécial a été préparé pour renforcer les capacités de production » selon M. Mokrani. Dans ce sens  »une décision a été prise par les pouvoirs publics pour geler les arrêts techniques de l’ensemble des unités de production notamment des produits alimentaires que ce soit, le lait en poudre, le sucre, les minoteries, ou les 127 laiteries qui adhèrent au dispositif du lait subventionné », a-t-on appris du même responsable. Cette mesure va permettre  »d’assurer en continu la production des produits de large consommation », a indiqué M. Mokrani.

«La nouvelle cartographie de lait finalisée»

Pour ce qui est du lait pasteurisé, la nouvelle cartographie de production et de distribution vient d’être finalisée, a-t-on appris du même responsable chargé de l’organisation des marchés, des activités commerciales et des professions réglementées au ministère du Commerce. À ce titre,  »127 laiteries sont chargées de produire le lait subventionné dont 16 laiteries publiques appartenant au groupe Giplait », selon M. Mokrani qui a fait savoir que  »le quota de la poudre de lait a été augmenté pour être porté à partir du 1er janvier de 14 579 tonnes, à 21 000 tonnes par mois », a-t-il laissé entendre.  »Cette quantité sera répartie à travers 127 laiteries pour assurer la couverture de l’ensemble des communes du territoire national », a-t-il détaillé.  »Un dispositif exceptionnel a été mis en place qui a été confié à la laiterie Boudouaou appartenant au groupe Giplait pour produire le lait instantané en
poudre qui sera destiné aux wilayas du Grand Sud, Aïn Guezzam et Bordj Badji Mokhtar entre autres », a-t-il dit. Semoule, sucre et huile.

Pour ce qui est de la semoule,  »un programme aussi a été déclenché à partir du 14
décembre », d’après M. Mokrani.  »Les autorités ont décidé d’augmenter les capacités de
production de 160 semouleries réparties sur l’échelle nationale dont 27 semouleries
publiques de 40% à 60%  », a-t-il affirmé. Le constat établi par les services du commerce
porte en effet sur une amélioration effective en matière d’approvisionnement du marché
en semoule », s’est réjouit M. Mokrani. Des mesures similaires ont été, par ailleurs, adoptées afin d’assurer la disponibilité du sucre et de l’huile. Selon le directeur
de l’Organisation des marchés, des activités commerciales et des professions réglementées au ministère du Commerce,  »des instructions ont été données aux transformateurs de l’huile brut et du sucre roux pour augmenter la production à partir du mois de janvier jusqu’au mois de Ramadan ».

Pour ce qui est du sucre, par exemple,  »la production actuelle qui est entre 2000 à 2500 tonnes va doubler pour atteindre pratiquement 4000 tonnes par jour pour répondre aux besoins de la population ainsi que pour les unités de transformation », a souligné notre interlocuteur.  »La production de l’huile alimentaire, quant à elle, qui est entre 1600 et 1800
tonnes/jour, va passer à 4000 tonnes par jour », d’après le même responsable.  »Cette
mesure d’anticipation va être mise en œuvre à partir de janvier », a-t-il assuré.

100 000 tonnes de pommes de terre stockées

Pour ce qui est des légumes, il existe un dispositif géré par le ministère de l’Agriculture, a indiqué M. Mokrani. Selon lui,  »tout un programme de stockage des principaux produits agricoles, à savoir la pomme de terre, l’oignon et l’ail, a été adopté ». De ce fait,  »de grandes quantités ont fait l’objet d’un stockage à travers ce système de régulation pour répondre aux besoins notamment durant la période de soudure qui coïncide cette année avec le mois de Ramadan », a-t-il assuré. Il s’agit de  »plus de 100 000 tonnes de pommes de terre stockées par le groupe public Frigomédit ».

Pour l’oignon,  »presque 30 000 tonnes ont été entreposées, tandis que pour l’ail la quantité de stockage est estimée à environ 10 000 tonnes ».  »Avec la production locale de ces produits, on assurera une couverture stable durant le mois de Ramadan », a rassuré le directeur de l’organisation des marchés M. Mokrani.

20 000 tonnes de viandes rouges importées par mois

Conjointement avec le secteur de l’agriculture, le ministère du Commerce a pris,
par ailleurs, des mesures pour répondre aux besoins en termes de viandes rouges et de
viandes blanches.  »Les premières mesures portent sur la réduction du taux de dédouanement des viandes rouges importées qui est parti de 30% à 5 % afin de permettre
d’importer de la viande avec des prix abordables », a-t-il enchainé.  »Un programme
national d’importation de 20 000 tonnes de viandes rouges par mois a été lancé et c’est
ce qui a effectivement été entamé en décembre dernier. Ce qui va permettre de répondre aux besoins », a rappelé le même responsable.

 »Même pour ce qui est de la domiciliation, nous avons exonéré les importateurs de viandes pour s’inscrire dans la plateforme dédiée à l’obtention des autorisations de domiciliation. Dès qu’ils auront leur dérogation sanitaire, ils peuvent directement procéder à la domiciliation de leur marchandise auprès de leurs banques », a enchainé M. Mokrani.

«Un programme exceptionnel» élaboré pour la viande blanche

Pour les viandes blanches,  »un programme exceptionnel a été élaboré », d’après notre interlocuteur. Selon M. Mokrani,  »l’augmentation des prix de ce produit a généré des problèmes dans la filière avicole en l’occurrence les maladies ainsi que les pénuries d’importation pour ce qui est de la matière première à partir de l’étranger ». Maintenant,  »toutes les mesures ont été prises en faveur de la production pour les semaines à venir en prévision du mois de Ramadan mais entre autres les pouvoirs publics ont pris des mesures complémentaires pour s’assurer de l’importation des viandes blanches en recourant à la suppression des droits additionnels provisoires de sauvegarde pour la viande blanche et pour la viande ovine aussi », a-t-il dit.

Dans ce sens, des  »dérogations sanitaires d’importation ont été déjà délivrées », a souligné M. Mokrani. Pour sa part, le département de Tayeb Zitouni a  »examiné plusieurs dossiers
pour statuer les quantités à importer ».  »Le groupe SARPA a bénéficié d’une dérogation
pour l’importation de 10 000 tonnes de poulets congelés pour la période de Ramadan ».
 »Le secteur privé en a aussi bénéficié », a-t-il informé. Une démarche qui a pour objectif de  »compenser, d’une part, le déficit constaté sur le marché et, d’autre part, pour préserver le pouvoir d’achat », nous a confié M. Mokrani qui précise que les prix de ce produit  »seront structurés comme c’est le cas pour la viande rouge ». Toutes ces mesures  »seront accompagnées d’un programme de contrôle pour éviter le détournement de cette viande destinée à la consommation des citoyens », a-t-il conclu.

«Ouverture des marchés de proximité deux semaines avant le mois sacré»

 »Le ministre a saisi les walis il y a environ une semaine pour commencer dès maintenant le choix des sites devant abriter les marchés spécifiques qui seront organisés à l’occasion du mois de Ramadan », a fait savoir notre interlocuteur.  »Ces derniers doivent être ouverts au moins 15 jours avant le mois de Ramadan », a-t-il assuré. Selon lui,  »ces marchés seront implantés par daïra ».

A.T.