Le ministre a dévoilé des chiffres plutôt positifs : Le transport, un acteur clé de la croissance économique

0
119

Par Zine Haddadi

Le secteur du transport, tous segments confondus, connaît une dynamique positive en Algérie.
Les chiffres présentés hier par le ministre des transports Habib Zahana, en marge de sa participation à la 1re édition du forum des experts en innovation, durabilité, intelligence et transport logistique (Fedidit).

Cette 1e édition du Fedidit a vu la participation de représentants d’entreprises publiques activant dans le domaine des transports, tous modes confondus, de représentants de startups et d’autres spécialisés dans les domaines financier et des assurances.
L’événement, organisé sous le patronage du ministre des transports et du ministre de l’économie de la connaissance, des startups et des micro-entreprises, a été l’occasion pour Zahana de revenir sur les indicateurs positifs de son secteur.

Les voyants sont au vert

Dans le domaine du transport maritime, les statistiques données par le ministre indiquent une reprise de l’activité.
Les ports d’Algérie ont traité 126 millions de tonnes de marchandises et plus de 1,55 million de conteneurs équivalents vingt pieds (EPV) en 2023, a indiqué Zahana.
Abordant le transport terrestre, le ministre du secteur a indiqué que le groupe Logitrans a assuré le transport de 4,7 millions de tonnes de marchandises en 2023, soit une distance parcourue de près de 126 millions de kilomètres.
Pour les besoins de ces opérations, quelque 3500 camions de différents gabarits, dont 600 camions relevant du parc de Logitrans, ont été mobilisés.
Dans le même sillage, Habib Zahana a révélé que dans le transport routier de marchandises, 480.000 transporteurs exploitent 745.000 camions avec une charge utile limitée de 8,1 millions de tonnes.

Les chiffres dévoilés par le ministre des transports, qui montrent une évolution positive de son secteur, sont à interpréter en prenant en compte les indicateurs tout aussi positifs de l’économie algérienne.
Le transport est un maillon essentiel de la chaîne économique de n’importe quel pays. L’Algérie n’échappe évidemment pas à cette règle. L’économie algérienne, désormais au troisième rang au niveau africain, est en phase de relance.
Le transport doit accompagner cette évolution. L’exemple de l’extension du réseau ferroviaire destiné à raccorder les installations minières est des plus édifiants. Dans ce segment en particulier, l’Algérie envisage de passer 4734 km exploités actuellement à 6500 km à court et moyen termes. Les ambitions sont grandes. A la fin des projets inscrits, la longueur du réseau de voie ferrée en Algérie sera portée à 15.000 km.
La ligne Béchar-Tindouf-Gara Djebilet, avec ses 950 km de longueur et sa capacité de transport de 50 millions de tonnes/an de minerai de fer en provenance des mines de Gara Djebilet et 25 millions de tonnes/an de produits semi-finis des usines de transformation, est le projet phare attendu en Algérie.
Avec les projets énormes prévus dans le sud du pays, comme le complexe de production de poudre de lait avec le groupe qatari Baladna à Adrar ou les intentions affichées par l’entreprise italienne Best Food de mise en place d’importants projets de production et de transformation de blé dans la région de Touggourt, les opérateurs publics et privés dans le domaine des transports sont appelés à relever un défi de taille à l’avenir.
Si l’Algérie a décidé de se lancer dans un processus qui la fait passer d’économie consommatrice de produits finis à une économie productrice, le rôle du transport sera d’une importance capitale dans la réussite de cette transformation.

Le transport des voyageurs par les chiffres

En plus des chiffres sur le secteur des transports à caractère économique, le ministre du secteur a livré des statistiques sur le transport des voyageurs.
Celui-ci connaît également un retour en force après la fin de la crise sanitaire avec 766.000 passagers transportés, selon les chiffres dévoilés par Zahana, malgré la situation difficile que vit l’entreprise nationale de transport maritime des voyageurs.
Dans le domaine du transport aérien, le ministre du secteur a noté une dynamique et une croissance accélérées. Ainsi, les niveaux d’avant Covid-19 sont dépassés. Les 36 aéroports ouverts à la navigation aérienne publique ont enregistré en 2023 près de 15,4 millions de voyageurs, dont 6,7 millions sur le réseau domestique et 8,6 millions sur le réseau international avec des prévisions annonçant jusqu’à 10 millions de voyageurs d’ici la fin de l’année 2024 pour les vols internationaux.
Zahana a, en outre, précisé que le nombre de transporteurs routiers publics des voyageurs s’élève à 58.000 transporteurs exploitant 80.000 véhicules pour un total de 2,6 millions de places.

Z.H.