Le nombre de harragas algériens a chuté de moitié

0
30

L’immigration clandestine semble se poursuivre, en ce début d’année, et même s’accentuer, à en croire Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes. Se basant sur des calculs préliminaires, celle-ci qui publie des états chaque 15 du mois révèle que le nombre de franchissements illégaux aux frontières extérieures de l’UE a atteint les 13.160 au cours du premier mois de 2022, soit 78% de plus qu’en janvier 2021 et 23% de plus qu’en 2020. Ainsi, donc, le nombre d’arrivées continue d’être supérieur aux niveaux enregistrés avant la pandémie, comme le montrent les données de 2021, année qui a connu le plus grand flux depuis 2017 avec plus de 200.000 entrées illégales aux frontières européennes. En janvier 2022, la hausse la plus significative a pu être observée sur la route des Balkans occidentaux avec 5.826 arrivées, soit 148% de plus qu’il y a un an. La Syrie, l’Afghanistan et la Turquie étaient les trois principaux pays d’origine des migrants sur cette route. Dans le même temps, la pression à la frontière orientale de l’UE a chuté de près de 75%. L’itinéraire a connu une pression intense à partir de mai 2021 avec une multiplication par plus de dix par rapport à 2020. Sur la route de la Méditerranée centrale, le nombre d’arrivées s’est élevé à 2.150, soit 107% de plus qu’au même mois de l’an dernier. Deux migrants sur trois sont arrivés de Libye et le reste de Tunisie. Les ressortissants de l’Egypte, du Bangladesh et de la Côte d’Ivoire représentaient la majorité des arrivées de Libye, tandis que les Tunisiens représentaient environ 67% des migrants enregistrés depuis la Tunisie. Sur la route de la Méditerranée occidentale, partie qui nous concerne, le nombre de détections de passages illégaux a chuté de 55% pour se situer à 693, dont près de 60% étaient des ressortissants algériens.

Hausse de 50% sur la route ouest-africaine

Mais sur la route ouest-africaine (qui concerne nos voisins de l’ouest), le nombre d’immigrations clandestines a connu une augmentation de 50% avec 3.007 détections, dont la moitié des départs ont eu lieu depuis le Maroc.

La situation sur la route de la Méditerranée orientale n’a, par contre, pas subi de changements significatifs par rapports aux autres régions de la Méditerranée, le nombre de détections a augmenté de 28% pour atteindre 1163 par rapport à janvier 2021 où le nombre de détections était de 911, dont 303 aux frontières extérieures de la Grèce.  Dans le même temps, le nombre de migrants arrivant à Chypre a continué d’augmenter. Au cours du premier mois de 2022, il y a eu 850 détections, soit 48% de plus que l’année dernière. Les nationalités les plus représentées étaient les ressortissants du Congo (Kinshasa), de la Syrie et du Nigéria.

B. A.