Le président du CNIFA réagit à l’importation du poulet brésilien : «Il ne faut pas négliger la production locale»

0
11709
Le président du CNIFA réagit à l'importation du poulet brésilien : «Il ne faut pas négliger la production locale»

Après la viande rouge, l’Algérie va importer du poulet certifié halal en provenance du Brésil. Selon les informations publiées par le ministère de l’agriculture et de l’élevage du Brésil jeudi, la conclusion des négociations entre son pays et l’Algérie sur le sujet a été achevée après l’examen des certificats et des audits qui ont appuyé l’analyse et l’établissement des exigences en matière de mesures phytosanitaires.

« C’est un grand marché que le Brésil tente d’ouvrir depuis plus de dix ans, une grande victoire pour le secteur avicole », a déclaré Tamer Mansour, secrétaire général de la chambre de commerce arabo-brésilienne. Puis il a ajouté : « Je suis sûr que le Brésil saura parfaitement répondre au marché algérien exigeant. »

A propos de cette décision, Moumen Kali, le président du conseil national interprofessionnel de la filière avicole (Cnifa), nous a déclaré : « On n’est pas contre, car on a tous constaté et signalé même qu’il y a un manque sur le marché national. Oui, donc pour une importation mais selon le manque enregistré.

On ne peut pas importer de grandes quantités sans tenir compte de la production nationale. On ne voit pas d’inconvénient à importer du poulet afin de combler le manque sur le marché, mais il ne faut pas négliger aussi le sort des 40.000 à 50.000 éleveurs et les répercussions que cela peut avoir sur eux. »

A. C