Le président salue la « performance honorable » de Bendjama à l’ONU

0
1178
ONU : l'ambassadeur Bendjama

PAR DJILALI B.

Les activités de la délégation diplomatique algérienne à New York se sont invitées hier à la réunion du conseil des ministres. Le ministre des affaires étrangères et de la communauté nationale à l’étranger a fait une communication sur le sujet à la fin de la réunion gouvernementale. L’intervention d’Ahmed Attaf, chef de la diplomatie algérienne à la fin de la réunion du conseil des ministres, n’a pas été une communication classique d’un membre de l’exécutif, mais un exposé exhaustif, selon le communiqué du conseil rendu public hier, sur la situation sur le front international, notamment le dossier chaud entre les mains des nations unies.

Selon la même source, Attaf a présenté au président de la République un exposé complet sur la situation internationale, particulièrement les développements survenus dans le dossier de la Palestine au niveau du conseil de sécurité et de l’assemblée générale de l’ONU. Il s’agit, peut-on deviner, même si le communiqué qui a sanctionné la réunion n’a pas fait part du contenu de l’intervention du ministre dans le détail, des péripéties onusiennes que connaît ou traverse le dossier de l’agression israélienne depuis cinq mois sans que la communauté internationale puisse imposer un cessez-le-feu. En jeu, les différentes résolutions présentées devant le conseil de sécurité qui les bloque, soit parce que déséquilibrées et penchant franchement vers une partie, Israël. C’est le cas du projet de texte présenté par les Etats-Unis qui a été bloqué par les vetos russe et chinois. L’Algérie a voté contre en expliquant que le texte américain n’énonce pas un cessez-le-feu franc comme souhaité par la communauté internationale, « les pays de la région et le groupe arabe », avait souligné un communiqué des AE à l’issue du vote au conseil de sécurité.

En face, les projets de texte ont été vite étouffés sous les pressions occidentales ou alors, quand ils arrivent à maturité et atterrissent au conseil de sécurité de l’ONU, comme il a été le cas pour la dernière résolution algérienne, somme toute largement équilibrée, qui a été bloquée par le veto américain. En fait, les Etats-Unis se chargent avant tout de protéger les intérêts israéliens dont ils soutiennent financièrement et militairement les opérations génocidaires du gouvernement sioniste de Netanyahu, et partant ses intérêts géostratégiques en maintenant Israël dans un statut de gendarme du Proche-Orient.

L’on retiendra cependant et particulièrement les prestations de l’ambassadeur d’Algérie à l’ONU, Amar Bendjama, qui a impressionné avec ses prestations, ses prises de parole. Par-delà ses prises de position principielles, le diplomate a brillé par sa prestance et sa voix qui
rappellent les ténors des tribunes internationales. Avec sa voix qui porte, il a porté la voix
de l’Algérie. Et ce n’est, en définitive, pas un hasard que le président de la République ait évoqué son appréciation des prestations de la délégation algérienne, à sa tête le représentant permanent de l’Algérie à l’ONU, l’ambassadeur Amar Bendjama, a cité le communiqué.

D. B.