Les Palestiniens en quête de réconciliation: «La réunion d’Alger sera celle de la dernière chance»

0
79

Une délégation du mouvement Hamas est arrivée hier soir à Alger, à l’invitation des autorités algériennes, pour une reprise du dialogue avec le Fatah qui portera sur un plan de réconciliation, que l’Algérie leur présentera, dans un effort de rapprochement des points de vue sur les dossiers litigieux entre les deux principaux mouvements, avant la tenue d’une réunion élargie aux factions palestiniennes.

Le plan de réconciliation

Selon les informations révélées par le journal Al-Quds Al-Arabi, les responsables algériens en charge du dossier de réconciliation inter-palestinienne proposeront dans un premier temps de tenir des séances de dialogue individuelles avec les dirigeants du Fatah et du Hamas, avant de rassembler les deux parties autour d’une même table, lors de prochains rounds de dialogue.

Les mêmes sources croient savoir qu’il n’y aura pas de nouvel accord de réconciliation similaire à celui qui a été signé en Égypte, où les deux parties (Fatah et Hamas) ont convenu d’une solution au Caire en 2011. Au lieu de cela, un plan sera présenté pour la mise en œuvre des accords de réconciliation et ententes qui s’appuiera sur les réunions exploratoires au cours desquelles l’Algérie a accueilli les délégations des factions, en janvier et avril derniers, pour mettre fin aux divergences.

Et d’ajouter qu’au cours des réunions exploratoires, les responsables algériens ont informé les dirigeants des factions palestiniennes que le plan de réconciliation sera basé sur le consensus précédent qui a eu lieu au Caire, à Gaza et à Istanbul, et sur les développements récents, notamment après l’annulation des élections palestiniennes qui étaient prévues pour l’année dernière, et dont le report a ouvert les portes à des divergences entre le Fatah et le Hamas.

Le même média rapporte la déclaration du porte-parole du Fatah, Mundher al-Hayek, selon laquelle son mouvement tient à répondre à l’appel de l’Algérie «afin de travailler à surmonter tous les obstacles pour parvenir à un accord pour la fin de la division et de l’unification des institutions palestiniennes».

Il a révélé que le mouvement Fatah avait précédemment soumis à l’Algérie un document qui inclut sa vision pour mettre fin à la division, qui commence par la formation d’un gouvernement d’entente nationale, qui unifiera les institutions du pouvoir à Gaza et à Ramallah.

Pour sa part, le Hamas a déclaré qu’il avait reçu une invitation officielle à se rendre en Algérie, pour discuter des moyens de faire aboutir le dialogue national palestinien et a exprimé sa «grande appréciation pour cette généreuse invitation par laquelle les dirigeants algériens tenaient à contribuer à mettre fin à la division et à parvenir à la réconciliation nationale».

Cependant, les observateurs de la scène palestinienne estiment que la réunion à laquelle le Fatah et Hamas participeront avec des délégations de premier plan constituera la dernière occasion pour déterminer le sort de la rencontre élargie aux autres factions.

La conférence élargie en début octobre ?

Si les efforts de l’Algérie parviennent à rapprocher les points de vue des deux parties, la date de la réunion élargie sera dévoilée en présence du président Tebboune qui annoncera le nouveau plan de réconciliation palestinien, soit une feuille de route pour la mise en œuvre progressive des dispositions, et dont la tenue aura lieu au début du mois prochain. Soit une conférence rassembleuse dont a fait état le président Tebboune, et est basée sur l’unification de toutes les factions palestiniennes sous l’égide de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), en raison des graves défis auxquels est confrontée la cause palestinienne.

Si, au demeurant, cette démarche ne paraît pas de tout repos, l’Algérie fournit d’«inlassables» efforts pour un travail diplomatique d’envergure sous la houlette du président de la République, pour la réussite de cette quête visant à réconcilier les factions palestiniennes, comme prélude au lancement d’une action arabe commune qui soutiendra le droit du peuple palestinien à l’établissement de son Etat souverain.

A. R.