Les produits en marbre et en céramique sous leur forme finale interdits d’importation : L’Algérie protège ses producteurs

0
563

L’importation de céramiques (en porcelaine), sous leur forme finale, sera désormais interdite. Une notification de l’Abef (association des banques et établissements financiers) a été adressée aux banques leur enjoignant de ne plus accepter les demandes de domiciliation bancaire liées à l’importation de ces produits.

PAR BRAHIM AZIEZ

L’ABEF a précisé, dans sa note, qu’elle a été rendue destinataire d’une correspondance, en date du 15 janvier 2024, émanant du secrétaire général du ministère du commerce et de la promotion des exportations, l’informant « qu’il est demandé aux banques de ne plus accepter les demandes de domiciliation bancaire liées à l’importation de produits en marbre et en céramique, sous leur forme finale. Du coup, l’Abef a demandé aux banques d’instruire leurs services concernés « à l’effet de prendre toutes les dispositions nécessaires pour l’application de cette mesure ».

Cette note, qui a été partagée sur les réseaux sociaux jeudi 18 janvier, ne précise toutefois pas si tous les produits en céramique sont concernés par l’interdiction, à l’image de la vaisselle (tasses, assiettes…), ou uniquement ceux destinés au bâtiment (faïence, carrelage…). On se rappelle que lors du conseil des ministres du 16 mai 2021, le président de la République avait donné des directives à l’effet d’interdire l’importation de marbre et de céramique dans leur forme finale et de revoir le système juridique de l’agence nationale des activités minières pour (re)définir un mécanisme plus efficace et plus performant à même de maîtriser et réguler l’exploitation des richesses minières que recèle notre pays.

Une décision saluée alors par l’association des céramistes algériens (ACA) qui s’est dite très satisfaite de la décision du président de la République d’interdire l’importation des produits finis céramiques. Cette décision a permis de sauvegarder la production nationale de ce produit qui est fabriqué en quantité et qualité suffisantes pour faire face à la demande nationale, et même permis aux producteurs d’écouler leurs stocks de produits et relancer leurs activités.

Une décision qui survient dans un contexte où l’Algérie essaie d’attirer les investisseurs étrangers et de développer sa production nationale, afin de réduire la facture des achats à l’étranger. Elle survient aussi quelques jours après le rétablissement des relations commerciales avec l’Espagne, après 19 mois de rupture, suite à la crise diplomatique qui a éclaté entre les deux pays, après la décision du gouvernement espagnol, en mars 2022, de changer de position sur le conflit au Sahara occidental, affectant les importations massives desdits produits depuis ce pays.

D’ailleurs, les producteurs espagnols de céramique de la région de Castellón en ont été durement impactés. La levée du gel des relations commerciales avec l’Espagne a été actée par la décision de l’Algérie d’autoriser l’importation, depuis ce pays, de certains produits avicoles. Avant la crise de mars 2022, l’Espagne était l’un des plus importants fournisseurs de poussins à l’Algérie, mais aussi de la céramique destinée à la réalisation de logements.

B. A.