L'Algérie Aujourd'hui
Le Monde

Libye : un nouveau terminal pétrolier à l’arrêt

La Compagnie nationale de pétrole en Libye (NOC) a annoncé hier l’arrêt des opérations dans un nouveau terminal pétrolier, celui de Brega. La suspension des opérations au terminal de Brega (est), qui a une capacité d’exportation quotidienne de 60.000 barils, survient au lendemain de la fermeture du terminal de Zouetina (est) et de plusieurs sites pétroliers. Incapable de respecter ses engagements contractuels, la NOC a déclaré « l’état de force majeure sur le port pétrolier de Brega », selon un communiqué de cette compagnie qui gère le secteur des hydrocarbures en Libye. L' »état de force majeure » permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole. La NOC a regretté « le début d’une douloureuse vague de fermetures » d’installations pétrolières, « alors que les prix du pétrole et du gaz flambent ». Avec « l’augmentation de la demande mondiale dont tous les pays producteurs tirent avantage », le brut libyen, principale source de revenus du pays, « subit une vague de fermetures illégales qui entraînera de graves préjudices », a déploré la NOC. Premier port pétrolier établi en Libye, Brega fait partie des principaux terminaux pétroliers libyens situés dans la région du « Croissant pétrolier » (est), qui comprend également Ras Lanouf, al-Sedra et Zouetina.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus