Ligue 1 : Un championnat à 16 clubs la saison prochaine

0
18

/Comme annoncé hier par nos soins, le championnat algérien de première division se jouera avec 16 équipes au lieu de 18.

Les membres de l’AG de la FAF, réunis hier à l’Aurassi en session extraordinaire, ont adopté, le retour à une Ligue 1 à 16 clubs, à partir de la saison 2022-2023. 70 membres ont dit oui à la proposition formulée par la FAF, alors que 5 se sont opposés. Au terme de la saison en cours, qui se jouent avec la participation de 18 formations, quatre clubs seront rétrogradés en Ligue2 amateur. Par ailleurs, les deux champions des deux groupes (Centre-Est et Centre-Ouest) de la Ligue 2 accéderont en Ligue 1. En revanche, la Ligue 2 amateur va préserver son système actuel avec deux groupes de 16 équipes chacun. «L’objectif de changer le système de compétition est de trouver l’efficacité. Avec 20 clubs, ça n’a pas été bon, que ce soit sur le plan sportif ou celui de la performance. Ce n’était pas une priorité, mais c’était inévitable », a indiqué le patron de l’instance fédérale, lors d’un point de presse organisé à l’issue des travaux de l’assemblée générale extraordinaire

«Retour à la normale», dixit Amara

«Nous n’avons pas effectué un changement radical, mais il s’agit juste d’un retour à la normal avec une formule d’avant 2019 avec 16 clubs. Le système adopté en 2019 avec un championnat à 20 clubs s’est avéré un échec, nous avons tous vu ce qui s’est passé durant les 38 journées, et les conséquences qui en ont découlées. Disputer un championnat à 20 clubs, a fini par créer un déséquilibre à tous les niveaux, chose qui nous a poussé à revenir à un système classique à 16 clubs. Nous avons constaté que la gestion avec laquelle était gérée la compétition n’était pas efficace. Nous avons opté pour la normalisation des choses », a précisé Amara Charaf-Eddine.

«La FAF sera intransigeante dans l’octroi de la licence professionnelle»

Evoquant l’octroi de la licence professionnelle, le président de la FAF s’est montré « rigoureux et intransigeant », évoquant une éventuelle sanction de la part de la Confédération africaine (CAF) si l’instance fédérale se montre passive sur ce sujet. »La CAF a mis en place une réglementation sur l’octroi des licences aux clubs, très rigoureuse en matière de gestion, de gouvernance, de finances, et d’infrastructures. Si un club n’a pas le droit d’avoir sa licence, c’est à la Fédération de le sanctionner. C’est à partir de cette donnée qu’on pourra fixer à l’avenir le nombre d’équipes qui vont composer l’élite professionnelle, qui pourra être réduit à 14, voire 12 clubs s’il le faut.Je ne peux pas octroyer une licence à un club qui ne remplit pas les conditions requises, la FAF sera intransigeante là-dessus, sinon on risque des sanctions de la CAF, et les conséquences seront très lourdes », a-t-il averti.

R. M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici