L’ONU confirme le lieu de l’assassinat des 3 ressortissants algériens

0
15

Après les tergiversations du Maroc sur le lieu de l’assassinat des 3 ressortissants algériens, l’ONU vient d’apporter un démenti cinglant aux informations relayées par les médias marocains. Les trois camionneurs algériens ont, ainsi, été bombardés par un armement sophistiqué sur le territoire sahraoui, près de Bir Lahlou, a confirmé vendredi l’ONU. « Nous pouvons maintenant confirmer que le site (du bombardement) se trouve dans la partie orientale du Sahara occidental près de Bir Lahlou », a déclaré le porte parole adjoint du SG de l’ONU, Farhan Haq, au cours d’un point de presse. Celui-ci ajoutera « la Mission (Minurso) a observé deux camions portant des plaques d’immatriculation algériennes stationnés parallèlement l’un à l’autre. Les deux camions ont subi d’importants dommages et ont été carbonisés », en réponse à une question biaisée d’un journaliste qui a tenté sciemment de semer l’amalgame sur le lieu du bombardement des trois citoyens algériens. Ce constat a été établi par une patrouille de la Minurso, dépêchée sur le lieu de l’attaque le 3 novembre, soit 24 heures après en avoir été informé, selon le porte-parole adjoint.

Les précisions apportées par l’ONU démasquent les médias marocains qui ont tenté, en vain, de dégager la responsabilité du Maroc dans cette attaque ignoble contre des civils, en prétendant que les trois camionneurs algériens se trouvaient dans la zone tampon démilitarisée, sous surveillance de l’ONU, qui divise le Sahara Occidental. Des mensonges grossiers, si on considère que la zone de Bir Lahlou est située à plus de 70 Km du mur de sable érigé par le Maroc d’où commence la zone tampon, précise à l’APS l’ambassadeur sahraoui à Alger, Abdelkader Taleb Omar. Le bombardement des camionneurs algériens s’est produit exactement à Bentili au sud du territoire sahraoui libéré de Bir Lahlou, plus loin encore de la zone tampon et du mur de la honte marocain. Selon le diplomate sahraoui, l’accord militaire n°1 conclu entre la Minurso et le Front Polisario en décembre 1997 d’une part, et la Minurso et le Maroc en janvier 1998 d’autre part, a institué une zone tampon de 5 kilomètres à l’Est du Mur où toute présence ou activité militaire y est interdite en plus de zones restreintes de 25 kilomètres à l’Est et 30 kilomètres à l’Ouest du Mur qui sont, également, soumises à plusieurs restrictions relatives, notamment, aux activités et au renforcement des infrastructures militaires, précise le diplomate sahraoui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici