L'Algérie Aujourd'hui
Le Monde

L’ONU exige un arrêt des attaques contre les personnels de santé

Plusieurs agences de l’ONU ont exigé hier l’arrêt des attaques contre les personnels et les infrastructures de santé en Ukraine, qu’elles qualifient d’actes « d’une cruauté inadmissible ». « Attaquer ainsi les plus vulnérables des bébés, des enfants, des femmes enceintes et ceux qui sont déjà malades ainsi que les personnels de santé qui risquent leur propre vie pour aider à en sauver d’autres est un acte d’une cruauté inadmissible », déclarent dans un communiqué commun l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), qui appellent à un cessez le feu immédiat. L’OMS a déjà répertorié et documenté 31 attaques contre des personnels et des infrastructures de santé depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, le 24 février. Dans 24 incidents, des infrastructures de santé ont été détruites ou endommagées, tandis que dans 5 cas, ce sont des ambulances qui ont été touchées ou détruites. Ces attaques ont fait 12 morts et 34 blessés, selon le dernier décompte publié dimanche par l’OMS. L’organisation indique enquêter sur d’autres incidents.

Le bombardement de l’hôpital pour enfants de Marioupol – précédé de deux autres ailleurs dans le pays – et les images de mères enceintes blessées par les éclats des munitions russes ont suscité une condamnation internationale. L’attaque a fait trois morts dont une fillette. « Les attaques contre des personnels médicaux ont un impact direct sur la capacité des gens à accéder aux soins de base, en particulier les femmes, enfants et autres groupes vulnérables », souligne le communiqué. Un accès limité à de l’oxygène par exemple ou d’autres soins pour les 4.300 naissances qui ont eu lieu en Ukraine depuis le début de l’invasion. Quelque 80.000 femmes doivent accoucher dans les trois mois.

« Le système de santé ukrainien est clairement sous forte pression, et son effondrement serait une catastrophe », insistent les agences de l’ONU. Les trois agences appellent aussi les parties à permettre « un accès libre à TOUS les civils ».

+++++++++++++++++++++

Un journaliste américain tué par balles

Selon des sources concordantes, un journaliste américain a été tué et un autre blessé par balles hier à Irpin, à la lisière nord-ouest de Kiev. Il s’agit du premier journaliste étranger mort depuis le début de l’invasion russe le 24 février. Les deux hommes ont été touchés alors qu’ils circulaient en voiture avec un civil ukrainien, également blessé, a précisé Danylo Shapovalov, un médecin engagé auprès des forces ukrainiennes.

++++++++++++++++++++

Moscou dit avoir tué 180 « mercenaires étrangers » lors de frappes

L’armée russe a affirmé avoir tué des « mercenaires étrangers » lors de frappes hier contre « la localité de Staritchi et la base militaire de Yavoriv » dans l’ouest de l’Ukraine, près de la frontière polonaise. « En conséquence de cette frappe, jusqu’à 180 mercenaires étrangers et une importante quantité d’armes étrangères ont été éliminés », a affirmé lors d’un briefing le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Selon lui, les tirs ont détruit un centre d’entraînement pour des combattants étrangers, ainsi qu’un lieu de stockage d’armes et de matériel militaire livrés à l’Ukraine. Ces frappes sont l’œuvre « d’armes de haute précision à longue portée », a ajouté Igor Konachenkov. « L’élimination de mercenaires étrangers arrivant en Ukraine va se poursuivre », a-t-il poursuivi.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus