Louisa Hanoune : ce que m’a dit Tebboune

0
2884
Louisa Hanoune : ce que m'a dit Tebboune

La secrétaire générale du parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a dévoilé, dans une conférence de presse tenue hier au siège de son parti à Alger, les grands axes de son entretien avec le président de la République.

Qualifiée par Louisa Hanoune de libre et inclusive, la discussion a duré 3 heures. Elle a permis selon elle « d’aborder sans restriction plusieurs sujets fondamentaux aux niveau international, continental, régional et national ».

Après avoir discuté du génocide contre Ghaza, que l’entité sioniste mène depuis plus de deux mois « avec le soutien des superpuissances, notamment l’administration américaine et la complicité des régimes arabes normalisateurs », insiste la SG du PT, cette dernière a abordé avec le président la question de la ligue arabe, la Libye, des Emirats arabes unis, la situation au Mali, avant d’évoquer la politique intérieure du pays.

A ce sujet, la SG du PT a fait savoir que le président de la République lui a réaffirmé « le droit de tout citoyen d’exprimer librement ses opinions politiques dans le respect de la souveraineté nationale et de l’unité du pays ».

Concernant le pouvoir d’achat et la nécessité de le renforcer en élargissant les mesures sociales positives incluses dans le projet de loi de finances 2024, Louisa Hanoune révèle que le président de la République lui a reconnu l’existence de cas injustices et la nécessité de corriger les erreurs en matière de lutte contre la spéculation.

Par ailleurs, la secrétaire générale du PT a affirmé que Abdelmadjid Tebboune lui a annoncé qu’il avait récemment ordonné de ne pas recourir à la confiscation des maisons familiales appartenant à des hommes d’affaires et des fonctionnaires emprisonnés dans des affaires de corruption, par respect des lois de la République, parce que, ditelle, « la responsabilité est individuelle et que les familles ne peuvent être punies ou déplacées ».

Abordant un autre sujet, le chef de l’Etat a évoqué, selon le récit fait par Louisa Hanoune de la rencontre qui les a réunis, la situation difficile qui prévaut dans le secteur de la santé et dans les universités et son impact sur la qualité des services, notamment la migration massive des médecins et du personnel universitaire, et la nécessité d’y trouver des solutions.

Concernant les transferts sociaux, le président de la République a confirmé à Louisa Hanoune qu’il n’a pas l’intention d’abandonner le caractère social de l’Etat et les acquis de l’indépendance nationale en général.

«Les capitaux étrangers pas concernés par l’ouverture du capital des banques publiques»

Sur le plan économique, Abdelmadjid Tebboune a soulevé durant son échange avec la SG du parti des travailleurs le problème des entreprises appartenant à d’anciens oligarques emprisonnés et qui n’ont pas été intégrées au complexe Madar et le sort des dizaines de milliers de travailleurs licenciés.

Tebboune a évoqué, toujours selon Hanoune, les grands et nombreux projets de développement enregistrés dans le cadre des efforts visant à créer les conditions nécessaires à la construction d’une économie forte, en donnant une nouvelle impulsion à la reconstruction du pays en matière d’équipements de base, avant de rappeler la nécessité de redoubler d’effort en matière de développement des villes frontalières de l’extrême sud, où la question est liée à la sécurité nationale.

Le président de la République a également assuré que les capitaux étrangers ne sont pas concernés par l’ouverture des capitaux de certaines banques publiques (BDL et CPA) pour rester à l’abri, précise-t-elle, des crises mondiales à venir.

Selon Louisa Hanoune, le président de la République a affirmé sa détermination à corriger la notion de partenariat avec les étrangers afin qu’elle soit créatrice d’emplois et de richesse nationale et ne soit pas une source d’épuisement du trésor public en devises.

Synthèse Z. H.