L’UE et l’Onu disent « non » au blocus de Ghaza

0
193
La Russie veut convoquer une réunion du conseil de sécurité de l'ONU

Cela fait plus de 4 jours que les Ghazaouis vivent sous la terreur, suite aux attaques brutales menées par les forces d’occupation. Ghaza est sous les bombes de jour comme de nuit. Les images ont fait le tour du monde d’enfants massacrés, de mosquées et de maisons bombardées et des milliers de civils innocents dans l’incertitude : sans eau, ni électricité, ni nourriture.

PAR AMAR R.

Cela survient au moment où le monde entier observe sans bouger le petit doigt. Pis, les grandes puissances ont manifesté leur soutien indéfectible à l’agresseur, à en juger par le déplacement d’un porte-avion américain vers l’est de la Méditerranée. Et la situation risque de se compliquer davantage après le siège imposé par l’armée sioniste.

Seulement voilà, cette décision est contestée par les nations unies. Le hautcommissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volker Türk, rappelle dans un communiqué que « l’imposition de sièges qui mettent en danger la vie des civils en les privant de biens essentiels à leur survie est interdite par le droit international humanitaire ».

L’union européenne se dit opposée au blocus de Ghaza et soutient majoritairement la poursuite de l’aide à l’Autorité palestinienne, annonce le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. Intervenant devant la presse à l’issue d’une réunion extraordinaire des ministres des affaires étrangères des 27, Borrell a indiqué que le respect du droit international signifiait un « non au blocus de l’eau, de la nourriture ou de l’électricité ». Les Européens sont également à « une écrasante majorité » opposés à la suspension de leur aide en faveur de l’Autorité palestinienne, a-t-il ajouté.

L’UE vient ainsi faire machine arrière après qu’un commissaire européen, Olivier Varhelyi, eut annoncé en effet la suspension de tous les paiements prévus dans le cadre de l’aide au développement attribuée à la Palestine et la commission a fait savoir qu’elle lançait « un réexamen urgent de l’assistance de l’union européenne à la Palestine », la France a annoncé, mardi, ne pas être favorable à cette mesure.

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a également dénoncé la « punition collective » décidée par l’entité sioniste à l’encontre des Palestiniens dans la bande de Ghaza, où ils sont privés d’électricité, d’eau, de nourriture et de carburant et sont la cible de bombardements quotidiens.

Aide humanitaire

L’union européenne et le conseil de coopération du Golfe, de leur côté, ont plaidé hier pour « un soutien financier durable » à la Palestine, à l’issue d’une réunion conjointe de leurs ministres des affaires étrangères à Oman.

Les deux parties « ont souligné l’importance d’un soutien financier durable à l’Unrwa (agence des nations unies pour les réfugiés palestiniens) et de la poursuite de l’aide humanitaire et de développement aux Palestiniens dans les territoires occupés », a déclaré le chef de la diplomatie européenne à Mascate, capitale du sultanat d’Oman.

L’UE, elle, avait annoncé lundi qu’elle allait procéder à un réexamen de son programme d’aide au développement en faveur des Palestiniens, précisant que l’aide humanitaire n’était pas concernée. Un porte-parole de la commission a précisé mardi à ce sujet qu’aucun paiement ne serait interrompu tant que ce réexamen serait en cours. L’UE a prévu de dépenser quelque 1,2 milliard d’euros entre 2021 et 2024 pour financer des projets, notamment dans l’éducation ou la santé au profit des Palestiniens.

Poutine juge « nécessaire » la création d’un État palestinien

Sur le plan politique, le président russe Vladimir Poutine a estimé hier que le conflit entre Israël et le Hamas palestinien démontrait « l’échec » de la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient, jugeant pour sa part « nécessaire » la création d’un Etat palestinien.

« Il s’agit d’un exemple clair de l’échec de la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient », a déclaré Vladimir Poutine lors d’une rencontre au Kremlin à Moscou avec le premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani. Le président russe a jugé « nécessaire » de « mettre en œuvre les décisions du conseil de sécurité des nations unies sur la création d’un Etat palestinien indépendant et souverain ».

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait déjà estimé ce lundi que la création d’un Etat palestinien était la solution « la plus crédible » à la guerre entre Israël et le Hamas. Il a promis que la Russie et la ligue arabe travailleraient à « arrêter l’effusion de sang » en Israël et à Ghaza avec les pays qui veulent « une paix durable au Moyen-Orient ».

Rassemblements de solidarité à travers le monde

Face à la barbarie sioniste, plusieurs rassemblements de solidarité avec les habitants de Ghaza et de Palestine ont eu lieu aussi à travers le monde. Des milliers de personnes issues notamment des communautés palestinienne, arabe et musulmane ont participé à des manifestations massives aux Etats-Unis, en Irlande et en Suède pour dénoncer l’agression criminelle de l’entité sioniste contre la bande de Ghaza et la Cisjordanie occupées.

En Argentine, des manifestants ont battu le pavé devant l’ambassade du colonisateur et pour exprimer leur solidarité avec le peuple Palestinien. En réaction aux agressions continues de l’entité israélienne contre les Palestiniens, plus de 100 personnalités égyptiennes, dont des écrivains et des politiciens, ont lancé un appel fort aujourd’hui. Ils demandent aux autorités égyptiennes d’expulser l’ambassadeur de Tel-Aviv et de mettre fin aux relations avec l’entité sioniste.

A. R.