L’unité de production des huiles végétales de Jijel opérationnelle en 2024

0
2165
Unité de production des huiles végétales de Jijel

Le ministre de l’Industrie, Ali Aoun, a inspecté, ce samedi, la société « Koutama Agrifood » de production d’huiles végétales brutes dans le port de Djendjen, dans la wilaya de Jijel.

Lors de cette visite, Ali Aoun a insisté pour que cette unité, versée en 2021 au portefeuille du holding « Madar », suite à des décisions de justice définitives, soit opérationnelle à la fin du premier trimestre 2024.

Ce projet spécialisé, pour rappel, dans l’extraction d’huiles végétales brutes de soja, est composé d’installations de broyage des graines oléagineuses et d’extraction des huiles végétales brutes, d’une unité de stockage de matières premières (Soja), et d’une unité de stockage du produit final et de commercialisation des huiles végétales.

Le communiqué du ministère précise que le taux d’avancement des travaux de réalisation de ce projet qualifié de « stratégique pour l’économie du pays », est de 68%.

Il permettra, précise le ministère de répondre à 40% des besoins nationaux en huiles végétales et à 60% des besoins en fourrage pour bétail.

Une production de plus de 2 millions de tonnes/an

Le ministère précise également que la capacité de production totale de cette unité, une fois entrée en production, sera de 6 000 tonnes/jour (équivalent à 2 160 000 tonnes/an), dont 20% d’huiles végétales brutes, 80% d’alimentation animale, ainsi que la création de 360 emplois directs.

Tout en soulignant l’importance stratégique de cette usine, Aoun a insisté sur la nécessité de mobiliser tous les moyens pour qu’elle entre en exploitation dans les plus brefs délais, car elle contribuera à renforcer l’autosuffisance en huiles végétales brutes et réduire la facture d’importation.

Le ministre a également souligné, dans le même contexte, que l’entrée en production de l’usine Koutama-Agrifood permettra à l’Algérie de « passer du stade de l’importation à celui de l’exportation », d’autant, a-t-il ajouté, que le marché mondial se caractérise à l’heure actuelle par « la rareté de cette matière vitale, ce qui impacte directement son prix ».

Avant Koutama Agrifood, Ali Aoun a inspecté le projet d’unité « Jumagro » de transformation de fruits et légumes ainsi que de l’huile d’olive, une unité qui a été à l’arrêt en 2016 et relancée dans le cadre d’un partenariat entre Agrovid et Madar.

Sur place le ministre a insisté pour la mise en activité, dans les plus brefs délais, de cette unité qui créera 250 emplois directs.