Lutte contre les feux de forêt : L’Algérie dispose de 8 bombardiers d’eau

0
1249
Lutte contre les feux de forêt : L'Algérie dispose de 8 bombardiers d'eau

Six nouveaux avions bombardiers d’eau se trouvent actuellement en Algérie, a annoncé hier le ministre de l’intérieur et des collectivités locales, Brahim Merad, lors de son passage au forum de la radio nationale. D’après lui, « le contrat d’affrètement a été conclu avec le Chili ». Ils viennent s’ajouter à deux autres bombardiers d’eau d’une capacité de 12.000 litres, affrétés aussi par l’Etat algérien, toujours selon les indications du ministre.

PAR ASSIA T.

A cet effet, il a été procédé « à la réalisation des pistes d’atterrissage au niveau de 10 wilayas, notamment les wilayas côtières où la densité de la population est importante », a laissé entendre le ministre de l’intérieur sur les ondes de la radio nationale.

En mai dernier, le même responsable avait annoncé que le taux d’avancement des travaux au niveau de ces pistes oscillait « entre 10% et 60% et qu’elles devaient être réceptionnées début du mois de juin ».

A Skikda, précisément à Kef Fatma, dans la commune de Benazouz, « les travaux d’un terrain d’atterrissage ont déjà pris fin », d’après la wali Houria Medahi qui avait annoncé que  ce dernier « va être prochainement réceptionné ».

Dans le même contexte, Merad a fait savoir, lors de son passage au forum de la radio, que « 65 colonnes mobiles de la protection civile avaient été déployées, fortes de 3.770 agents et de 650 camions citernes, tous types confondus, outre la mobilisation de 15.000 agents de la protection civile ».

La direction générale des forêts quant à elle « compte 387 tours de contrôle, 544 brigades mobiles, 748 ateliers de travail avec 8.294 agents mobilisables en cas d’extrême urgence, équipés des moyens nécessaires », a-t-il révélé.

Ces mesures prises visent à « assurer davantage de célérité dans les interventions en cas de feux de forêt et limiter les dégâts », a précise Merad qui a ajouté qu’il est question aussi « d’éviter les scénarios des années passées ». Durant l’été 2022, comme celui de 2021, rappelons-le, des milliers d’hectares sont partis en fumée du fait des incendies qui se sont déclarés dans plusieurs wilayas.

Gel de la production de charbon

C’est dans ce sens que le ministère de l’agriculture a également pris des mesures urgentes et préventives au titre de la saison 2023 et ce à partir du 15 juin. Il s’agit de « mobiliser l’ensemble des intervenants parmi les conservateurs et fonctionnaires de l’administration des forêts à travers le territoire national et à tous les niveaux, en état d’alerte maximale
en vue de parer à toute urgence, 7j/7 et 24h/24″, et d’intensifier les patrouilles communes au niveau de tous les espaces forestiers et aux alentours par les services des
forêts, la protection civile et les services de sécurité », a précisé le département de Abdelhafid Henni dans un communiqué rendu public hier.

En vue de limiter les risques de déclenchement des feux de forêt, le ministère a fait état dans le même communiqué du « gel de la production du charbon ». Quant au niveau préventif, ces mesures prévoient le renforcement des campagnes de sensibilisation à travers l’ensemble des médias de presse écrite et audiovisuelle, en sus des réseaux sociaux et des radios locales, a ajouté la même source.

Dans ce contexte, le ministère a appelé « l’ensemble des citoyens et des comités locaux des habitants riverains des forêts à la nécessité de respecter les mesures préventives en vue de parer à toute urgence », rappelant le numéro vert 10-70 pour signaler tout danger ou dépassement susceptible de déclencher des feux.

«Une nouvelle loi sur la protection des forêts»

La protection des massifs forestiers sera renforcée avec la promulgation d’une nouvelle loi, d’après le directeur de la protection de la faune et de la flore à la DGF, Sidali Saïd, qui estime que « l’action humaine reste la principale cause des incendies ».

« Actuellement à l’étude au parlement », d’après le même responsable, ce projet de loi prévoit une révision. « Les montants des amendes ont été revus à la hausse », a-t-il laissé entendre sur les ondes de la radio Chaîne 3, estimant que « l’ancien texte, qui date
de 1984, avait besoin d’être actualisé et qu’il manquait certains textes d’application ».

Dans cette optique, le directeur de la protection de la faune et de la flore a tenu à rappeler que « la loi est claire ». « Toute activité susceptible de provoquer un feu de forêt est interdite à partir du 1er juin, y compris l’incinération pour le débroussaillement », a-t-il fait remarquer.

A. T.