L'Algérie Aujourd'hui
A la Une

Maintien du boycott administratif : le Cnapeste tranchera cette semaine

Alors que les examens du troisième trimestre approchent à grands pas annonçant ainsi la fin de l’année scolaire, l’angoisse des parents ne cesse de s’accroitre face au spectre du boycott administratif décrété par l’un des syndicats les plus influents du secteur de l’éducation nationale, à savoir le Cnapeste.

Un boycott des activités administratives qui sévit depuis novembre dernier privant ainsi les parents des bulletins scolaires de leurs enfants et créant un véritable climat de tension au sein des établissements scolaires. Une forme de protestation radicale décidée par le syndicat pour faire valoir ses revendications dont l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs du secteur de l’éducation mais aussi le droit au logement. Après avoir tenté d’apaiser les tensions, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait décidé de sanctionner les enseignants grévistes et cela en les privant de la prime de rendement mais c’était sans compter sur la réaction du Cnapeste qui n’a pas hésité à hausser le ton. Ne voulant guère envenimer les choses, Belabed a décidé de lever le gel de la prime de rendement, une décision qui a été saluée par le syndicat mais sans plus. En effet, selon le porte-parole du Cnapeste Messaoud Boudiba, le syndicat compte organiser son conseil national les 10 et 11 mais prochains pour décider de la suite de son action de protestation. «Seul le conseil national est habilité à décider du gel ou du maintien du boycott administratif, je vous rappelle que c’est d’ailleurs suite au conseil national de mars dernier que le Cnapeste a mis fin à sa grève cyclique de deux jours», annonce-t-il.

«Les discussions sont toujours en cours avec la tutelle»

Concernant la tutelle, le syndicaliste a indiqué qu’«aucune des revendications principales n’a été prise en charge jusque-là», mais en reconnaissant, toutefois, la prise en charge de certaines revendications secondaires, à l’instar de l’ouverture des concours de promotion. «Les discussions sont toujours en cours avec la tutelle qui essaye de nous convaincre de faire marche arrière avec la concrétisation de quelques promesses. Mais ce n’est pas ainsi que le Cnapeste fonctionne, chaque nouvelle décision du ministère est soigneusement étudiée et évaluée par la base du syndicat qui décide s’il s’agit d’un nouvel acquis ou d’un non évènement», explique notre interlocuteur. S’agissant des lourdes conséquences que pourrait avoir le boycott administratif sur l’avenir des élèves dont les notes ne seront pas transférées ni aux administrations ni sur la plateforme numérique, Boudiba a affirmé que le syndicat est bien conscient des perturbations qu’il pourrait y avoir dans le cas où l’action est maintenue mais a souligné que la décision est désormais entre les mains du conseil national. «De notre côté, nous avons fait de notre mieux en assurant aux élèves l’ensemble des prestations pédagogiques. Ils ne peuvent pas prétendre qu’ils sont dans le flou du moment qu’ils ont eu leurs notes et ont assisté aux corrections des copies. Seuls les bulletins n’ont pas été délivrés», précise-t-il. Il est à noter que la rétention des notes rendra impossible l’orientation des élèves de première année secondaire qui sont en tronc commun vers les différentes branches mais également l’établissement par les Directions de l’éducation des cartes pédagogiques.

W. S.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus