L'Algérie Aujourd'hui
Le Monde

Mali : la France se donne 15 jours pour décider de l’avenir de ses forces

Paris a réagi hier à la décision du Mali d’expulser l’ambassadeur de France. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé hier que les pays partenaires du groupement européen de forces spéciales Takuba vont travailler « d’ici la mi-février » pour « prévoir une adaptation » de leur dispositif au Mali. « La situation ne peut pas rester en l’état. D’ici la mi-février, on va travailler avec nos partenaires pour voir quelle est l’évolution de notre présence sur place […] pour prévoir une adaptation. »  La France compte encore plus de 4.000 militaires au Sahel, dont plus de la moitié au Mali, malgré un allègement du dispositif entamé l’été dernier, compensé par l’arrivée de renforts européens.
Interrogé pour savoir si les troupes françaises allaient se retirer du Mali, le porte-parole du gouvernement a fait remarquer que Paris avait « progressivement réduit la voilure et on va continuer à le faire ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus