Marché du gaz : Sonatrach tient ses engagements

0
151
L'Algérie premier exportateur de GNL en Afrique

PAR ABDELLAH B.

En l’espace de deux années, l’Algérie est redevenue le plus important fournisseur du gaz pour l’Italie avec une part de 41% des importations italiennes en 2023, en gaz naturel (gaz sec via le gazoduc et GNL), d’après le dernier rapport de l’observatoire des comptes publics italiens.

En allant plus dans les détails, le document de l’observatoire des comptes publics italiens indique que « la baisse des flux en provenance de Russie a été compensée par une hausse des importations par pipeline en provenance d’Algérie qui ont connu une augmentation de 8,3%, contre une hausse de 7,7% pour ce qui est des approvisionnements en provenance d’Europe du Nord. Concernant les importations depuis l’Azerbaïdjan, elles ont enregistré une croissance de 6,3%.

Les exportations via le gazoduc Transmed ont enregistré une hausse considérable durant ces dernières années. Les données officielles italiennes évoquent une croissance soutenue des expéditions depuis la crise ukrainienne. Depuis, la part de l’Algérie sur le marché gazier italien n’a pas cessé de croître. Elle passe de 18% en 2020 pour atteindre 37,4% durant l’année dernière. L’Algérie continue sur la même lancée et compte conserver sa position de première place sur le marché gazier italien pour de longues années, ce que d’ailleurs confirment les derniers chiffres de la société italienne de transport de gaz Snam pour les deux premiers mois de l’année en cours.

« Le gaz en provenance d’Algérie via le hub de Mazara del Vallo représentait 21% des flux quotidiens moyens en février, suivie de 13% du TAP et de 10% du Passo Gries, qui représente le canal de transit du gaz garanti depuis l’Europe du Nord », indique Snam. En effet, les approvisionnements du marché italien depuis l’Algérie devraient connaître une
hausse constante d’ici à la fin de l’année en cours. Les deux pays ont signé, le mois de janvier 2023, un nouvel accord portant sur des approvisionnements supplémentaires du marché italien d’un volume de plus de 9 milliards de m3 d’ici fin 2024, comme il est également question de fournir l’Allemagne en gaz algérien via le gazoduc Transmed liant l’Algérie à l’Italie.

Par ailleurs, si l’Algérie demeure le premier fournisseur de l’Italie en gaz via le pipeline, sa position sur le marché du GNL continue également de s’améliorer d’une année à l’autre. Les exportations du GNL algérien représentent 15% des importations de l’Italie en 2023 avec un volume de plus de 3,5 millions de tonnes. De ce fait, la part de l’Algérie sur le marché du GNL italien est passée de 11% en 2021 à 13,4% en 2022 pour atteindre 15% en 2023, une progression qui s’explique par plusieurs facteurs, notamment la proximité et la sécurité des approvisionnements, et ce, depuis le déclenchement du conflit dans la mer Rouge et qui a fortement impacté les exportations du Qatar vers l’Italie. D’après la même source, les importations du GNL depuis le Qatar se sont effondrées de 34%, contrairement aux USA qui ont renforcé leur part de marché avec une augmentation de 24%.

Dans ce sens, avec l’entrée en exploitation des plateformes de regazéification en Italie en 2026-2027, le besoin du marché en GNL connaîtra une hausse importante. Un nouveau facteur qui devrait donc servir l’Algérie qui compte augmenter davantage ses exportations en ce combustible pour atteindre des niveaux encore plus hauts que le record enregistré l’année dernière avec un volume de 14 millions de tonnes.

A. B.