Marché parallèle de l’euro : ourquoi il n’y aura pas de flambée

0
11
Squar

/Avec l’augmentation des vols et la reprise des dessertes maritimes, le marché noir des devises a connu une agitation mais sans qu’il y ait une flambée. En effet, le prix de l’euro a, certes, grimpé tout comme celui du dollar américain et la livre sterling mais sans que des records soient battus.

Après une période de calme en raison du choix fait par les hauts responsables de l’Etat de geler tous les voyages ou presque vers l’étranger afin de neutraliser la pandémie de Covid-19, la dernière décision d’autoriser la compagnie aérienne nationale à renforcer ses vols a relancé la vente et l’achat des monnaies étrangères. A ce sujet, nous avons appris d’une source sûre que la demande ne cesse de grandir et tout porte à croire qu’elle le sera encore plus lors des prochains jours surtout que les Algériens pourront désormais se rendre en Turquie, une destination connue pour être l’une des favorites pour nos compatriotes que ce soit pour faire du commerce ou du tourisme.

«La demande y ait, mais pas de folies pour le moment !»

Contacté par nos soins, un vendeur de devises étrangères a accepté de se confier à nous : «Effectivement, depuis que les dernières décisions ont été officialisées, celles d’ouvrir un peu plus les frontières et augmenter le nombre de vols vers l’espace Schengen, les pays du Golfe et même le Canada, la demande a augmenté puisque nombreux sont ceux qui achètent de l’euro pour voyager mais jusque-là, il n’y a pas eu de folies sur le marché parallèle. Moi-même, j’ai récupéré certaines sommes mais sans pour autant prendre des risques en achetant plus que d’habitude car personne ne sait de quoi sera fait demain. Acheter une grosse somme pourrait bien être risqué car on pourrait ne pas pouvoir la revendre à un meilleur prix.»

Une question d’équilibre

Ces derniers jours, à Alger, la monnaie européenne s’échange à raison d’1 euro pour 214 DA à l’achat et 212 à la vente. A Tizi Ouzou, la cote est de 1 euro pour 210 DA. Quant au dollar américain, il est évalué à 187 DA à l’achat et à 185 DA à la vente. La question qui se pose est bien sûr de savoir quels sommets atteindra l’euro avec une plus grande augmentation des vols et dessertes maritimes. Beaucoup de gens d’ailleurs préfèrent garder leurs devises en perspective d’une flambée du marché parallèle. Pourtant, selon les connaisseurs, cette flambée n’aura pas lieu. La raison est simple, expliquent-ils, les gros «consommateurs» de l’euro sur le marché parallèle ne sont pas les voyageurs, mais les petits business man. Un euro trop cher desservirait donc leurs affaires et leur business ne serait plus rentable. Il faudrait, en somme, qu’il y ait un point d’équilibre, qui ne devrait pas être loin de la cote actuelle.

F. C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici