MC Alger. Les joueurs ont poursuivi la fête avec le « peuple » : La folle soirée du 8e sacre

0
100

Par Anis B.

 

Il a fallu attendre 14 ans pour voir le MC Alger sur le toit du football algérien pour la 8e fois de son histoire. Les Vert et Rouge ont remporté le titre de champion d’Algérie qui fuit ses vitrines depuis la saison 2009-2010, et le sacre officialisé vendredi dernier avait une saveur particulière, puisqu’il est intervenu après avoir battu l’éternel rival, l’USM Alger. Un triomphe hautement symbolique, annonçant la consécration du Mouloudia et doublement fêter l’événement. Les supporters du MC Alger ont longuement communié avec les joueurs dans le stade au coup de sifflet final de l’arbitre Boukhalfa avant d’envahir les rues de la capitale pour célébrer, jusqu’à une heure tardive, ce 8e titre de championnat d’Algérie. Les différents fiefs du vieux clubs algérois de Chéraga à Chevalley, en passant par Bouzaréah et El-Biar, avant de faire un tour du côté de Ruisseau, les Annassers, la place des Martyrs, Bab El-Oued et Triolet, les scènes étaient identiques. Les supporters sont sortis spontanément exprimer leur allégresse après une rencontre très satisfaisante. Des cortèges de véhicules ornés des couleurs nationales ont ainsi parcouru les rues de la capitale en faisant retentir leurs klaxons. Le silence qui régnait dans les quartiers d’Alger a laissé la place à une atmosphère festive qui a illuminé la capitale lors d’une après-midi récompensant une saison entière de travail acharné pour l’équipe de l’entraîneur Amir Beaumelle. La foule des fervents des Vert et Rouge a grossi au fur et à mesure que les cortèges convergèrent vers les places principales d’Alger, notamment ceux revenant du stade du 5-Juillet, après avoir assisté de près à la victoire des Mouloudéens. Etreintes, danses, chants, fumigènes, feux d’artifice et larmes de joie ont marqué cette effervescence, une façon de saluer la performance des coéquipiers de Youcef Belaïli et Zougrana, buteur du match. Toutes les expressions ont été déployées dans un décor imprégné de vert et de rouge, les couleurs du doyen des clubs algériens. Les chants de « campeone, campeone » résonnaient de partout dans une atmosphère révélatrice de la joie de ces milliers de supporters, sans distinction d’âge, qui attendaient ce moment depuis 14 ans. La célébration s’est prolongée jusqu’à une heure avancée de la nuit dans la plupart des quartiers d’Alger, offrant ainsi à la ville une magie procurée par le football. L’entraîneur du MC Alger, l’un des principaux artisans de cet exploit, était en larmes à la fin de la rencontre. Il était aux anges au coup de sifflet final du derby pour fêter la victoire avec les supporters qui l’ont adopté. «Je remercie nos supporters qui ont contribué grandement à ce sacre. J’avais dit que l’idée était de garder tout le monde mobilisé jusqu’à la fin de la saison. Mon objectif était de créer un groupe avec des joueurs qui avaient l’ADN Mouloudia. Ceux qui viennent jouer au MCA doivent avoir cet ADN. D’ailleurs, beaucoup de fans se sont identifiés à nos joueurs. Je vais faire une petite comparaison, moi qui est Marseillais. Lorsqu’on joue pour l’O Marseille, il faut avoir l’ADN de l’OM. C’est la même chose pour le Mouloudia d’Alger. Il y a d’excellents joueurs qui n’ont pas réussi au MCA parce qu’ils n’avaient pas cet ADN», a-t-il souligné. Le coach des Vert et Rouge veut savourer ce moment de consécration, mais affirme que la saison est loin d’être terminée. Il lui reste un autre défi qu’il compte relever avec ses joueurs. «J’ai hâte de connaître la date de la finale de la coupe d’Algérie. Je dois connaître la date pour tout planifier en donnant de la récupération à certains joueurs et du temps de jeu à d’autres», a-t-il souligné. Rendez-vous est pris.

 

A. B.