Médicaments anticancéreux : Aoun veut aller vers un « processus de production complet »

0
198

PAR ASSIA T.

Saidal s’est engagé à renforcer sa capacité de production. Selon les données récemment communiquées par le PDG du groupe, Wassim Kouidri, « 123 types de médicaments seront ajoutés dont 30 types de médicaments anticancéreux ». C’est pour cette catégorie que le ministre Ali Aoun a appelé à « l’importance de passer à la fabrication complète en 2024 au lieu de se limiter au conditionnement ». Cette instruction a été donnée lors d’une visite de travail qu’il a effectuée hier au groupe.

A cette occasion, le ministre a mis l’accent sur la nécessité d’intensifier les efforts pour continuer sur le même rythme, qui a permis d’aboutir à des résultats positifs en 2022-2023. C’est d’ailleurs ce dont témoignent les dernières déclarations faites par le PDG du groupe, qui a précisé que Saidal produit actuellement « 160 types de médicaments ». Sa capacité de production est « passée de 116 millions d’unités en 2022 à 130 millions d’unités en 2023 ».

Saidal dispose en effet de « 8 unités de production ». A celles-ci s’ajoute « l’unité de
Mostaganem spécialisée dans la production des produits vétérinaires et d’ophtalmologie ». Avec celle-ci, « nous pourrons atteindre jusqu’à 270 millions d’unités de médicaments produites », a laissé entendre le responsable du groupe lors de son passage sur la chaîne de télévision Ennahar TV.

A l’instar desdits types de médicaments, le groupe compte également se lancer prochainement dans la production de la matière première pour les antibiotiques.  Une opération « qui sera lancée à partir de l’unité de production de Médéa », selon Wassim Kouidri, qui a précisé que « le taux d’avancement de l’aménagement est de 90% ». De ce fait, le même responsable s’attend à ce que la production soit lancée d’ici
environ six mois. « Si nous pouvons, nous allons commencer à produire le premier kilogramme de cette matière première en mois de juin », a-t-il laissé entendre lors de son passage sur Ennahar TV.

La production de cristaux d’insuline à Batna

Il s’agit d’un produit « rarissime », pour sa caractéristique « énergivore », autrement dit consommateur d’énergie, d’après le PDG du groupe Saidal. « Une condition dont dispose
l’Algérie et donc qui lui permet d’être compétitive », s’est réjouit le PDG de Saidal, qui
affiche clairement l’ambition d’aller vers l’exportation. Cette unité implantée à Médéa
a la capacité de produire l’équivalent de 850 millions de dollars par an, dont 250 millions de dollars seront alloués à la production locale, tandis que le surplus sera dédié à l’exportation, a fait savoir M. Kouidri en marge de la visite de travail du ministre Aoun au groupe.

Ce n’est pas tout, car Saidal compte en outre « rapidement » se lancer dans la production des vaccins infantiles, d’après son responsable. « Nous sommes dans la dernière phase de partenariat avec l’entreprise française Sanofi pour la production de l’hexavalent qui contient 6 types », a fait savoir le PDG du groupe Saidal.

Pour le ministre Aoun, la nomenclature du groupe est bien « riche », mais il n’a pas manqué de souligner la nécessité « de l’élargir davantage en augmentant le nombre de
médicaments destinés au traitement des maladies chroniques, y compris l’insuline, afin de réduire les importations et d’offrir des traitements à des prix raisonnables ». Pour ce qui est de la production de cristaux d’insuline, elle se fera au niveau de l’unité de Saidal à Batna avec un partenaire chinois, leader dans le domaine, a ajouté M. Kouidri, affirmant que Saidal fabriquera à Constantine, d’ici à juin 2024, toute la gamme d’insuline, notamment les stylos.

L’année 2024 sera également couronnée par la production, à Constantine, des médicaments d’oncologie en full process, a annoncé M. Kouidri, ajoutant qu’une partie de ce type de médicaments sera produite, d’ici là, en conditionnement secondaire et devrait être mise sur le marché au cours du 1er trimestre 2024. En 2022, le chiffre d’affaires du groupe Saidal s’établissait à « 14,6 milliards de dinars », selon son PDG. Une valeur qui progressé pour atteindre 19,5 milliards de dinars en 2023, a indiqué le même responsable.

A. T.