L'Algérie Aujourd'hui
A la Une Dernières infos

Médicaments : Benbahmed déclare la guerre au «lobby des importateurs»

/Après les pénuries répétitives de médicaments en pleine pandémie de Covid-19, le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, a annoncé un grand nettoyage dans son secteur.

C’est hier lors de son passage sur les ondes de la radio nationale que Benbahmed a annoncé un nouveau cahier des charges concernant les distributeurs des médicaments qui sera prêt dans les jours à venir. «Comme nous avons fait pour le cahier des charge des importations et régulation des importations, maintenant c’est au tour de la distribution et l’ensemble des distributeurs seront re-agréés avant fin février», a-t-il avant d’ajouter : «Je peux vous garantir que nous saurons faire la part des choses et séparer le bon grain de l’ivraie». Dans ce sillage, il a précisé que ce projet a été réalisé en étroite collaboration avec les différents partenaires, à l’instar des syndicats, associations de distributeurs, associations de producteurs et ordre des pharmaciens.

«Oui, il y a pression, mais jamais de pénurie»

Rejetant le terme de pénurie au profit de celui de «pression», sur les médicaments, le premier responsable du secteur n’a pas hésité à pointer du doigt «le lobby des importations» qui selon ses dires «rêve de voir le ministère de l’Industrie pharmaceutique perdre ses prérogatives». «Depuis notre création, nous avons dû nous battre contre le lobby de l’importation. Ce lobby dont on a fait baisser la facture des importations au profit de la production nationale se retrouve aussi au niveau de la distribution», a-t-il fait savoir en précisant que c’est contre des années de «gabegie, détournement et corruption» que le combat est engagé actuellement dans son secteur.

«Des sanctions ont été prononcées et des fermetures ont été notifiées»

Interpellé à maintes reprises par son homologue, le ministre de la Santé sur le manque de médicaments y compris ceux inscrits dans le protocole de traitement du Covid-19, Benbahmed a rejeté la faute sur certaines pratiques frauduleuses. «Il ne peut pas y avoir d’indisponibilité dans les médicaments faisant partie du protocole Covid-19 pour la simple raison que l’ensemble de ces produits sont produits localement. En une année et demie, date de création de notre ministère, la production a été mise en place, doublée, triplée voir quadruplée, les unités de production fonctionnent H24 en 3X8. Je peux vous assurer qu’il y a une disponibilité en continu. Après, il y a eu un certain nombre de phénomènes qui ont fait que cette disponibilité soit remise en cause à un moment donné», explique-t-il. Dans ce sens, le ministre a affirmé qu’une enquête a été diligentée par les services de son département et des brigades mixtes à ce sujet, et il en ressort que certains distributeurs, appartenant au lobby de l’importation du médicament, ont effectivement pratiqué une rétention. «Des sanctions ont été prononcées et des fermetures ont été notifiées à certains distributeurs», fait-il savoir. Pour appuyer ses propos, le ministre a indiqué que de nombreux pharmaciens d’officine ont affirmé qu’on leur propose des quantités plus importantes. «Nous avons renforcé le contrôle durant une semaine mais cette semaine a été suffisante pour que des quantités importantes apparaissent comme par enchantement alors que le rythme de production est le même depuis le début», souligne-t-il.

W. S.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus