L'Algérie Aujourd'hui
Le Monde

Pakistan : le Premier ministre appelle à manifester avant une motion de censure

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a appelé ses partisans à manifester aujourd’hui, avant un débat sur une motion de censure au parlement qui pourrait l’évincer de ses fonctions. M. Khan est confronté à sa plus grave crise politique depuis son élection en 2018, ses opposants l’accusant de mauvaise gestion de l’économie (inflation galopante, roupie faible, dette écrasante) et de maladresses en politique étrangère. Le parlement doit débattre dimanche de cette motion de censure – un vote pourrait avoir lieu le jour même. Le parti de M. Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), a perdu sa majorité au parlement la semaine dernière, lorsqu’un parti allié a déclaré que ses sept parlementaires allaient voter avec l’opposition. Plus d’une douzaine de parlementaires du PTI ont également indiqué qu’ils changeaient de camp, bien que la direction du parti essaie de les empêcher de voter par des recours judiciaires. Hier, M. Khan a appelé ses partisans à manifester dans la rue pour protester pacifiquement contre ce qu’il a qualifié de « conspiration » organisée à l’étranger pour l’évincer du pouvoir. « Je veux que vous protestiez tous pour un Pakistan indépendant et libre », a-t-il déclaré aux médias d’Etat.

Plus tôt cette semaine, il avait accusé les Etats-Unis d’ingérence dans les affaires pakistanaises. Selon les médias locaux, il a reçu un rapport de l’ambassadeur pakistanais à Washington, qui a enregistré un haut fonctionnaire américain lui disant que les relations entre les deux pays seraient meilleures si le Premier ministre quittait ses fonctions. Washington a nié.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus