Partenariat avec Saïdal : Aoun pose ses conditions à Novo Nordisk Algérie

0
1579
Novo Nordisk Algérie insuline

Quelques mois après le scandale Novo Nordisk en Algérie, accusé par le gouvernement d’avoir failli à ses engagements concernant la production de l’insuline, les Danois ne semblent pas près de lâcher l’affaire. Reçue hier par le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, l’ambassadrice du royaume du Danemark en Algérie, Vanessa Vega Saenz, n’a pas manqué de s’enquérir des nouvelles concernant le développement du projet de joint-venture avec le groupe Saidal pour la production d’insuline. Cependant, vu une première expérience non satisfaisante, Ali Aoun n’a pas hésité à poser une condition pour donner son appui au projet.

En effet, le ministre a «exprimé sa disposition à appuyer et à soutenir le projet de joint-venture avec comme condition préalable de s’engager dans des délais étudiés dans la production en full process de l’insuline en stylo en augmentant d’une manière exponentielle le taux d’intégration du stylo», indique le communiqué du ministère de l’Industrie pharmaceutique. Tenace, Aoun a même exigé au géant danois «de s’engager dans une démarche d’exportation aussi bien vers l’Afrique que dans toute la région MENA», rapporte le même document.

Pour rappel, c’est l’ex-ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, qui avait accusé ouvertement en mars dernier le laboratoire danois de créer des tensions sur l’insuline et de reporter son partenariat avec le groupe pharmaceutique public Saidal dans la production d’insuline. La multinationale avait par la suite riposté par un droit de réponse peu convaincant, auquel Benbahmed n’a pas manqué de rétorquer en rendant publics l’ensemble des PV adressés au laboratoire danois et lui rappeler ses manquements. Depuis, l’Algérie tente coûte que coûte de devenir autonome en matière de production d’insuline pour éviter d’être à la merci des géants mondiaux.

D’autre projets entre l’Algérie et le Danemark

Par ailleurs, l’audience a permis de passer en revue un certain nombre de sujets relatifs au partenariat pharmaceutique en vue de l’approfondir et de l’enrichir, notamment au niveau institutionnel, par l’organisation conjointe avec «Healthcare Denmark» d’un workshop autour de thématiques d’intérêt commun. Il s’agira notamment du flux et la gestion des approvisionnements en produits pharmaceutiques dans un marché soumis aux aléas et aux perturbations endogènes et/ou exogènes ainsi que l’économie de la santé et l’impératif d’équilibrer la balance entre la rationalisation des dépenses de santé et de pérenniser l’accès gratuit aux soins.

Wafia Sifouane