Patrimoine: L’Algérie récupère une pièce historique du 18em siècle à Londres

0
1182
Pistolet du 18em siècle

Un pistolet algérien datant du 18em siècle, précisément de la période de l’empire ottoman,  a été récupéré mardi par l’Ambassade d’Algérie à Londres.

Cette pièce historique, incrustée de corail avec étui à silex, longue de 61cm, est une œuvre de l’armurier algérien Mohamed Al-Mawhub.

Le pistolet est composée d’un canon en acier avec des bandes ciselées sur toute la longueur, retenu par trois bandes d’argent, la serrure et le coq en laiton incrusté et sculpté d’entrelacs végétaux.

La crosse et la poignée en bois incrustées d’argent et serties de pièces ovoïdes de corail rouge formant des têtes de fleurs et des vrilles et la détente feuillagée, les fleurons du pontet avec des inscriptions, la baguette avec un fleuron en os.

Le pistolet, qui était présenté à la vente par la maison d’enchères londonienne, « Bonhams », fait partie d’un lot d’armes à feu, fabriquées principalement pour être offertes comme cadeaux diplomatiques sous le règne de Hammouda Ibn Ali, Bey de Tunis (1759-1814).

A l’annonce de la mise aux enchères de ce pistolet, de nombreux membres de notre communauté à l’étranger ont alerté l’Ambassade sur le risque que cette arme ne soit perdue et exprimé leur disponibilité à acquérir la pièce afin qu’elle soit restituée à son authentique propriétaire, le peuple algérien.

L’Ambassade d’Algérie à Londres est alors intervenu pour acquérir ce pistolet, participe de la détermination de l’Etat à récupérer le patrimoine historique et culturel national détenu à l’étranger.

Un autre pistolet à silex incrusté de corail, figure dans la collection royale britannique des objets d’art, envoyé par le Dey d’Alger en 1819 à George IV, alors prince régent.