Plaques d’immatriculation, permis à points, crédit auto… Ce qui va changer pour les automobilistes

0
14333

PAR BRAHIM AZIEZ

L’année 2024 s’annonce sous de bien meilleurs auspices pour le secteur de l’automobile,
mais aussi pour les automobilistes. Disponibilités des véhicules neufs avec l’élargissement graduel des marques pour atteindre la diversité qui était en vigueur jusqu’en 2017, entrée en production de l’usine Fiat de Tafraoui qui garantit des véhicules moins chers et la possibilité de prétendre au crédit, et de nouvelles dispositions pour les automobilistes.

2024 promet un retour à la normale, avec des prix plus raisonnables, les offres alléchantes
qu’a connues le marché automobile aux moments forts de la concurrence entre les marques, et des réseaux qui prennent en charge le service après-vente des véhicules sans que cela ne devienne la hantise des propriétaires de véhicules neufs ou usagés. On évoquait, dans notre édition d’hier, les promesses de 2024 en matière de disponibilité de
véhicules en tous genres, ainsi que la commercialisation des premiers véhicules de l’usine Fiat, en attendant que les projets industriels de Chery, JAC et Geely se matérialisent sur le terrain.

Mais le plus important, aujourd’hui, c’est le retour du crédit automobile qui devra marquer son retour, dans les prochains jours, avec la mise sur le marché des premières Fiat 500 et autres Doblo assemblés à Tafraoui. Et il sera question d’au moins 40 000 unités cette année.

Crédit : les offres se multiplient

Déjà, les offres se multiplient chez les différents organismes financiers et autres banques qui n’hésitent pas à communiquer sur leurs formules avant même que les véhicules  »Made In Algeria » ne soient sur le marché. Crédit automobile standard ou formule islamique, le client aura l’embarras du choix.

En 2022, le retrait de permis de conduire était banni des pratiques précédemment en vigueur lors d’infractions au code de la route. Une première mesure avant la mise en place du permis à points qui devrait intervenir cette année, après moult reports. De même, de nouvelles plaques d’immatriculation pour les véhicules automobiles (toutes catégories) devraient faire leur apparition prochainement. Une mesure à même d’apporter une
meilleure visualisation des différents conducteurs et de leurs véhicules, mais aussi permettre une meilleure gestion du parc national.

On se rappelle qu’en novembre 2022, le gouvernement approuvait le projet de décret
exécutif sur l’introduction d’un numéro d’immatriculation national unique pour les véhicules, lequel sera confirmé par un arrêté ministériel publié sur le journal officiel du 17 janvier 2023. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Brahim Merad, révélait alors que  »de nouvelles procédures et documents d’immatriculation renforcés par
des systèmes d’information sécurisés permettront une identification fiable et précise des véhicules ».

Selon lui, ce processus sera réalisé en  »modernisant la plaque d’immatriculation et en changeant le système de numérotation, le tout en attribuant un numéro d’immatriculation national unique à chaque véhicule qu’il maintiendra pour la durée de son utilisation ». Pour les spécialistes de la pièce de rechange, ce sera bénéfique aussi pour les professionnels de la pièce de rechange qui auront une meilleure visibilité sur la constitution du parc automobile et, par ricochet, pourront mieux gérer leurs stocks, en s’approvisionnant selon les besoins réels.

Selon eux, parmi les bienfaits des nouvelles plaques d’immatriculation, il y a cette régulation sociétale à travers le bannissement de l’identification régionale du véhicule et qui fait que le conducteur d’un véhicule est identifié selon sa wilaya d’immatriculation. Il en serait de même pour la suppression de l’année d’immatriculation du véhicule qui enlèvera certaines barrières psychologiques sur l’âge du véhicule, un facteur selon lequel on identifie
souvent le rang social de son propriétaire.

Mais le plus important pour ces spécialistes est la visibilité que les professionnels de la pièce de rechange auront sur la composition du parc roulant, ce qui leur permettra de mieux gérer leurs stocks de pièces de rechange. Comment ? Dans la nouvelle immatriculation du véhicule, il sera possible de connaître les motorisations et les types de véhicules en circulation, une information qui permettra de mieux établir son business plan et passer les commandes selon les besoins prévisionnels.

B. A.