PLF 2024 : Faïd répond aux critiques concernant la hausse des dépenses

0
100
APN: La loi relative à la gestion des risques de catastrophes adoptée

Le ministre des finances Laâziz Faïd a défendu les dispositions du projet de loi de finances 2024 adopté hier par les députés de l’APN.

PAR ZINE HADDADI

Le ministre des finances a répondu aux critiques émises par les élus de la nation concernant la hausse des dépenses budgétaires. « L’augmentation des dépenses budgétaires, ainsi que la prise en compte des besoins exprimés par certaines institutions et services ministériels permettront la mise en œuvre des décisions des pouvoirs publics », a-t-il argumenté.

Faïd a expliqué que le projet de loi de finances 2024 vise à parachever les « augmentations salariales, la promotion des investissements publics et de développement au niveau
national ». La lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, l’élargissement de l’assiette fiscale et la mobilisation des ressources ainsi que la préservation du pouvoir d’achat des citoyens, la promotion de la numérisation et l’expansion de son utilisation, tout comme la poursuite des efforts dans certaines wilayas ont également été cités comme arguments par le ministre.

Le projet de loi de finances 2024 prévoit une croissance économique de l’ordre de 4,2% basée sur un prix référentiel du baril du pétrole de 60 dollars durant la période 2024-2026. La balance commerciale devrait être excédentaire entre 2024 et 2026. L’excédent devrait
atteindre 6,3 milliards USD en 2024, 2,9 milliards USD en 2025 et 4,2 milliards USD 2026, ajoute la même source.

Si le projet de loi de finances a prévu des mesures pour préserver le pouvoir d’achat des
citoyens, le soutien à l’investissement a également été pris en considération dans le texte.
Conformément aux instructions du président de la République, la suppression de la taxe
sur l’activité professionnelle a été inscrite dans le PLF 2024, en plus de mesures incitatives sur le plan fiscal pour plusieurs secteurs d’activités.

Z. H.