Podemos et ses alliés veulent «corriger» Sanchez

0
15

/Les partis politiques espagnols Podemos, la Gauche républicaine de Catalogne et le Rassemblement du pays Basque ont soumis au parlement une proposition appelant à «corriger» la décision « unilatérale » du Premier ministre Pedro Sanchez concernant le conflit au Sahara Occidental. Le vote aura lieu aujourd’hui.

Dans leur proposition, les trois blocs politiques critiquent sévèrement la position unilatérale de Sanchez et appellent à corriger la nouvelle position officielle espagnole.  Les trois partis appellent les représentants à «mettre l’accent sur les résolutions des Nations Unies en faveur de l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui», indiquent des articles de presse espagnols, qui mettent en avant le choix du Premier ministre de ne pas consulter les blocs politiques de la Chambre des représentants. La proposition note également «les conséquences diplomatiques aussi bien avec le Maroc qu’avec le Front Polisario», de cette décision «contraire à l’opinion de la majorité à la Chambre d’une part, et qui est en opposition à la légalité internationale, en faveur des résolutions des Nations Unies et de la mission de la Minurso, d’autre part».

Les médias espagnols estiment de ce fait, que «les explications faites par Sanchez la semaine dernière devant le Parlement espagnol pour expliquer sa nouvelle position vis-à-vis du conflit au Sahara occidental, n’ont pas convaincu Podemos et ses alliés au gouvernement». Très attendu, le vote d’aujourd’hui coïncidera avec la visite officielle qu’effectuera Sanchez, accompagné du ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, au Royaume du Maroc, une visite qui «n’a été accueillie par aucun parti au Congrès, lequel considère ce pas comme une consécration de la trahison par Madrid du peuple sahraoui».

Nunez demande à Sanchez de divulguer les «accords secrets»

De son côté, le nouveau leader du Parti populaire, Alberto Nunez Feijoo, a accusé le chef de l’exécutif espagnol d’avoir violé un consensus sur la question sahraouie qui dure depuis 47 ans, fustigeant par la même la politique étrangère de l’Espagne, devenue, selon lui «une propriété privée». Nunez Feijoo devrait rencontrer aujourd’hui le Premier ministre pour examiner nombre de questions internationales, à la tête desquelles la position de l’Espagne sur le conflit au Sahara occidental, mais avant cette rencontre, le leader du PP a appelé Sanchez à divulguer le contenu des accords secrets conclus avec le Maroc. «Nous ignorons la teneur de l’accord, surtout la partie la plus importante relative à la souveraineté nationale espagnole, notamment ce qui concerne les villes de Ceuta et Melilla », a-t-il dit. Nunez a enfin estimé que l’Espagne « ne peut pas être gouvernée au mépris du consensus et à travers des décisions unilatérales, en référence à Pedro Sanchez.