L'Algérie Aujourd'hui
A la Une Dernières infos

Pour plus de gaz : ENI «prêt à investir plus en Algérie»

/Les dernières découvertes de gaz et de pétrole dans le sud du pays représentent une bonne nouvelle pour l’Algérie, mais aussi pour le partenaire italien qui pourrait voir ses approvisionnements en gaz algérien augmenter.

Lors d’une rencontre qui a eu lieu hier, entre le ministre de l’Energie et le P-DG de la Sonatrach avec les responsables du groupe ENI, plusieurs questions ont été abordées, notamment, celles liées aux investissements à venir du groupe italien en Algérie et les possibilités de l’augmentation de l’approvisionnement de l’Italie en matière de gaz et de pétrole algérien.La visite d’hier du PDG du groupe Eni en Algérie intervient dans contexte marqué par la dégradation des relations entre l’Algérie et l’Espagne qui traversent une période de froid glacial. Une occasion pour le partenaire italien de renforcer non seulement sa présence sur le marché algérien, mais aussi son approvisionnement en gaz algérien.  La rencontre du Premier ministre Aïmene Benabderrahamane avec le PDG d’ENI est plus que symbolique. C’est un signe fort de garanties pour la partie italienne qui affiche ses ambitions de fructifier ses investissements dans le secteur des hydrocarbures en Algérie. Désormais, la voix se dégage de plus en plus pour l’Italie qui aspire à devenir un nouveau hub gazier pour l’Europe dans les prochaines années. Une situation profitable pour les deux pays. L’Algérie qui affiche sa volonté de booster la production nationale en hydrocarbures et l’Italie qui a besoin d’un fournisseur fiable en gaz.En effet, lors de la rencontre qui a regroupé les responsables des deux groupes Sonatrach et ENI, il était question de l’accélération et de l’amélioration de la production dans le bassin de Berkine à Hassi Massaoud.  D’après le communiqué de presse sanctionnant les travaux de cette rencontre, l’entrée en production dans le bassin de Berkine est programmée pour le mois de juillet prochain. Cette nouvelle exploitation permettra d’augmenter la production nationale et de porter à la hausse les exportations de gaz algérien dont profiterait sans doute l’Italie à court et moyen terme. «Cette rencontre a été l’occasion de confirmer la volonté d’accélérer le développement de nouveaux projets pétroliers et gaziers dans la région de Berkine Sud et ce, dans le cadre du contrat entré en vigueur le 6 mars dernier. Ce projet comprend la construction en mode fast track d’un nouveau hub de développement pétrolier et gazier dans la région, s’appuyant sur les synergies avec les actifs existants», lit-on dans le communiqué.

«L’Algérie, un partenaire confiant et crédible»

En fait, la multiplication des annonces de découvertes durant ce début de l’année, témoigne d’une nouvelle stratégie visant l’augmentation des exportations algériennes en gaz, vers l’Italie et le renforcement de sa position sur le marché européen, à court terme. C’est d’ailleurs, l’un des sujets phares de la visite du P-DG d’ENI en Algérie. «Les premiers responsables des deux compagnies ont échangé sur la question de l’approvisionnement de l’Italie en gaz et ont passé en revue les initiatives à court et à moyen terme susceptibles d’augmenter l’approvisionnement dudit pays via le gazoduc TransMed / Enrico Mattei», indique la même source. L’option qui se présente, dans ce sens, est celle du développement de la production dans la zone vierge de Berkine qui renferme, d’après les estimations du groupe, près de 140 millions de barils de pétrole. L’exploitation de cette zone qui connaît depuis le mois de mars dernier des opérations d’exploration, est programmée pour le mois de juillet prochain, grâce au recours au développement de la technique «fast-track». Une solution qui vise à l’accélération de la mise en activité du projet en un temps record et également l’accélération de la phase d’exploitation et la production. Dans ce sens, il est également question du forage de 5 autres puits dans la même zone. Après le premier puits testé le mois de mars dernier, un deuxième puits devait être foré durant le mois courant. Pour ce qui est de la rencontre entre le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, et le PDG de la compagnie italienne ENI, M. Claudio Descalzi, ce denier s’est dit «très satisfait» du partenariat avec la Sonatrach, qualifiant l’Algérie de «partenaire confiant et crédible». Les deux parties ont également abordé «l’état actuel du marché international du gaz naturel et son évolution ainsi que les opportunités d’affaires et les perspectives futures d’investissement dans le domaine des énergies nouvelles et renouvelables en souhaitant voir se développer des projets prometteurs qui privilégient les échanges d’expertises et le transfert du savoir-faire», lit-on dans le communiqué du ministère de l’Energie. Le PDG d’ENI, s’est dit «très satisfait du partenariat entre Sonatrach et ENI», en exprimant son «très vif intérêt à continuer à investir en Algérie, qui constitue un partenaire confiant et crédible, notamment dans l’amont pétrolier et les énergies renouvelables». 

A. B.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus