L'Algérie Aujourd'hui
A la Une

Poutine invite Tebboune en Russie

La Russie et l’Algérie envisagent de signer un traité confirmant la nouvelle qualité des relations bilatérales, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov qui a effectué hier une visite en Algérie. 

Arrivé hier à Alger, Sergueï Lavrov s’est s’entretenu avec son homologue algérien Ramtane Lamamra, avant d’être reçu par le Président Abdelmadjid Tebboune. Il a indiqué  que «compte tenu du développement rapide des relations entre les deux pays, et afin de maintenir un haut niveau d’interaction, les deux parties envisagent de conclure un nouveau document stratégique qui reflète la nouvelle qualité de nos relations».

Poutine invite Tebboune à Moscou

A l’issue de l’audience que lui a accordée le Président Tebboune, le chef de la diplomatie russe a affirmé avoir transmis une invitation au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de son homologue russe, Vladimir Poutine, pour effectuer une visite à Moscou. «Dans le souci de développer nos relations dans le domaine politique, de la coopération économique, militaire et humanitaire, nous avons transmis au Président Tebboune l’invitation du Président Poutine pour effectuer une visite à Moscou», a affirmé en substance Lavrov. Dans le contexte de cette visite qui coïncide avec le 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Russie et l’Algérie, les discussions avec le Président Tebboune ont porté sur la coopération dans les domaines militaire et technique, a indiqué Lavrov en soutenant que son pays «apprécie hautement la confiance placée par les autorités algériennes dans la coopération militaire avec la Russie».

Ukraine : la position «équilibrée» de l’Algérie saluée

En abordant l’opération militaire russe en Ukraine, M. Lavrov a déclaré avoir informé l’Algérie des derniers développements de l’opération militaire  que mène la Russie avec les mobilisés de la région du Donbass, ajoutant : «Nous saluons hautement la position équilibrée et objective exprimée par l’Algérie concernant les développements en Ukraine, sur le plan bilatéral ou sur la scène internationale». Sergueï Lavrov, a, en outre, remercié l’Algérie pour sa compréhension à l’égard des questions qui sont liées à cette crise et son environnement, en rappelant en réponse à une question ayant trait à un éventuel rôle de médiation que pourrait jouer l’Algérie dans le conflit russo-ukrainien que «l’Algérie faisait partie du groupe de travail arabe qui s’est rendu en Russie et en Ukraine, où des réunions ont eu lieu avec les deux parties, d’où la position arabe unifiée que nous considérons comme équilibrée et objective».

Coopération économique : des échanges de 3 milliards de dollars

Profitant de sa visite à Alger, Serguei Lavrov a insisté sur la nécessité d’élargir les horizons de la coopération entre les deux pays en rappelant que les échanges commerciaux bilatéraux ont atteint 3 milliards de dollars. Et ce, avant de faire état d’«un intérêt de la part des entreprises russes à développer leurs relations avec des partenaires algériens dans divers domaines», notamment ceux de  l’énergie, l’exploitation minière, l’exploration et la pharmacie. Soit, autant de questions qui seront au cœur des prochaines discussions du Comité intergouvernemental mixte de coopération commerciale, économique, scientifique et technique, qui doit se tenir très prochainement en Algérie. La Russie est prête à accorder davantage de bourses aux Algériens dans le cadre de la coopération culturelle et éducative, a indiqué en outre le ministre russe des Affaires étrangères s’agissant du  secteur de l’enseignement supérieur. Concernant le secteur énergétique, les deux pays membres de l’OPEP+ ont souligné leur engagement à respecter les contrats gaziers conclus. «En ce qui concerne l’approvisionnement en gaz, nous maintenons la position unifiée dans le cadre du Forum des pays exportateurs de gaz et l’engagement envers les accords, et c’est la solution à l’avenir», a soutenu Lavrov.

Moscou souligne l’approche de l’Algérie sur le Mali

S’agissant de la situation au Mali, Sergueï Lavrov a affirmé : «Nous sommes convaincus de la nécessité de tout mettre en œuvre pour aider toutes les parties à entamer un dialogue politique pour aboutir à un accord pacifique sur la base du respect de l’accord de paix signé à Alger en 2015». Aussi, M. Lavrov a estimé que «l’annonce de plus de sanctions imposées au Mali est contreproductive».  Cela dit, M. Lavrov a indiqué que «l’Algérie et la Russie ont un avantage supplémentaire, c’est qu’elles sont membres du Groupe des amis de la Charte des Nations unies. Nous considérons que cela ouvre des perspectives prometteuses pour que nos deux pays puissent œuvrer dans ce cadre, afin de consacrer le principe d’égalité dans la souveraineté des États, nous sommes pour cette approche mais, les USA et leurs alliés l’ignorent». Interrogé, toutefois, au sujet de la récente déclaration de Josep Borrell, le commissaire européen, au sujet de la possibilité de livrer les avoirs russes gelés à l’Ukraine, Sergueï Lavrov a affirmé : «Notre position est connue à cet égard, nous avons l’habitude de rencontrer ce genre de situation comme cela s’était le cas en Afghanistan lorsque les Etats-Unis ont procédé au gel des avoirs de la banque centrale afghane qui ne peut être utilisée pour la reconstruction de l’Afghanistan détruit par l’OTAN durant les 20 dernières années. Mais, ces avoirs sont destinées à réaliser d’autres objectifs».

«Borrell ne doit oublier qu’il n’est pas un militaire»

Et de poursuivre : «Quant à M. Borrell, il est connu pour ses déclarations liées à des propositions de saisie des avoirs d’autres pays, et à même déclaré que la crise de l’Ukraine doit être réglée par la force, mais, il ne doit pas oublier qu’au titre de sa fonction, il est chef de la diplomatie européenne et n’a aucun poste militaire. Et peut-être qu’on verra la disparition de cette fonction de l’Union européenne puisque cette dernière dépend de la position qui lui est imposée par les Etats-Unis». Il a encore insisté, en soulignant : «Nous allons poursuivre nos efforts inlassables visant à ne pas permettre la mise en place d’un monde unipolaire  et la remise en cause des principes sur lesquels sont fondés les Nations unies».  Pour rappel, la Russie et l’Algérie sont liées par la déclaration sur le partenariat stratégique signée le 4 avril 2001 pour le développement du dialogue politique et l’intensification de la coopération.  Sur le plan diplomatique, l’Algérie, à l’instar de nombreux pays africains, a voté début avril, contre la décision de suspension de la Fédération de Russie du Conseil des droits de l’Homme. La dernière visite de Sergueï Lavrov en Algérie remonte à 2019. Le 18 avril, le Président russe Vladimir Poutine s’était entretenu au téléphone avec M. Tebboune pour évoquer notamment «la coordination au sein de l’OPEP+, ainsi que la situation en Ukraine», selon l’agence officielle russe TASS.

A. R.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus