Pr Sanhadji : «On se dirige vers la fin du Covid, mais…»

0
6
Le Professeur Senhadji

/L’Algérie a enregistré hier 9 nouveaux cas de Covid et zéro décès, soit le bilan le plus bas depuis près de 2 ans. Contacté au téléphone, le Pr Sanhadji, président de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, a bien voulu nous livrer ses impressions sur cette tendance baissière.

«C’est vrai que le nombre de nouveaux cas confirmés ne cesse de chuter. C’est un bon signe, certes, mais ce n’est pas pour autant que nous pourrons dire que la crise sanitaire est totalement terminée. Personnellement, je préfère dire que nous nous dirigeons vers la fin, en tout cas c’est ce que la tendance actuelle nous laisse penser. Seulement, ça ne suffit pas pour dire que la pandémie est finie. La situation est sous contrôle, oui, ça nous pouvons l’avancer. Il n’y aura peut-être pas une forte vague comme ça a été le cas par le passé, des vagues qui ont fait beaucoup de dégâts. Il y aura des petites vagues, qui risquent de toucher les personnes âgées ou celles qui souffrent de maladies chroniques. C’est pour cette raison que se faire vacciner est important, cette opération doit se poursuivre surtout que chez nous en Algérie, nous n’avons pas atteint le taux de vaccination souhaité. C’est vrai que depuis quelques jours, les chiffres sont bons mais les citoyens doivent rester vigilants et continuer à fournir les efforts qu’il faut pour que le virus arrête de se propager.»

«On risque de connaître d’autres pandémies»

Le Professeur Kamel Sanhadji a enchainé par la suite : «Le coronavirus a été une très grande expérience pour le corps médical, mais aussi pour notre peuple. Désormais, les gens savent qu’un virus peut faire des ravages. Le Covid-19 nous a poussés à changer nos habitudes. De nos jours, nous faisons plus attention pour nous protéger, pour protéger nos proches. Nous devrons donc maintenir les gestes barrières, continuer à porter le masque et lutter pour diminuer sa dangerosité. Je ne dis pas cela pour affoler les gens mais d’autres pandémies peuvent surgir à l’avenir. Il y a eu du changement dans le monde entier ces dernières années à cause de plusieurs facteurs comme par exemple la pollution et la déforestation, nous ne sommes pas à l’abri d’autres mauvaises surprises, c’est pour cette raison qu’il faudra rester sur ses gardes.»

«Un centre de recherche de vaccinologie sera bientôt opérationnel»

Le Professeur Kamel Sanhadji nous a fait une révélation en nous affirmant qu’un nouveau centre de recherche sera bientôt opérationnel. «Les pouvoirs publics font tout leur possible pour que nous ayons une meilleure défense à l’avenir sur le plan médical. C’est pour cette raison que plusieurs opérations ont été lancées. Il faudra profiter du fait que les voyants sont au vert et que le coronavirus ne cause pas beaucoup de décès pour revoir notre système de santé. A ce sujet, il faut savoir qu’un centre de recherche de vaccinologie verra le jour bientôt et ce sera un grand acquis pour l’Algérie. Un centre dans lequel des recherches seront faites pour trouver des solutions lorsqu’il y aura d’autres menaces. Les hôpitaux doivent être mieux préparés pour accueillir les contaminés. Nous devrons travailler pour développer nos propres vaccins. Il y a eu une grande demande sur le marché mondial, il faut apprendre des leçons que nous avons vécues. La prochaine fois, nous serons mieux armés pour lutter face à de telles situations grâce aux recherches que nous ferions.»

«Le coronavirus a montré les faiblesses du système médical»

Pour terminer, le Professeur Kamel Sanhadji a dit : «A ce rythme, nous nous dirigeons vers la fin du Covid-19. Ce virus a démontré les limites du système de santé. Il a révélé plusieurs faiblesses et nous sommes appelés à revoir notre copie pour que nous soyons meilleurs dans le cas où il y aura une autre alerte.»  

F. C.