Premier face-à-face avec la presse : Petkovic et l’occasion de briser la glace

0
67

PAR MALIK A.

Le nouveau sélectionneur de l’équipe d’Algérie, Vladimir Petkovic, était attendu dans la soirée d’hier dimanche, nous a révélé une source de la fédération algérienne de football. Le premier responsable de la barre technique des Verts aura un premier contact avec son nouvel environnement en animant une conférence de presse, aujourd’hui à 14h30, à l’amphithéâtre Omar-Kezzal du centre technique de Sidi Moussa. La sortie du nouveau sélectionneur national est très attendue, aussi bien par les journalistes que les supporters des Verts où il devrait annoncer une liste élargie en prévision de la fenêtre FIFA de mars. Il faut dire que le destin de Vladimir Petkovic, inactif entre février 2022 et mars 2024, et celui des Verts, qui ont vécu un triple traumatisme à la même période, se croisent pour se lier pour les deux prochaines années.

Les Algériens, qui doivent digérer le départ de Djamel Belmadi et surtout tourner la page d’une période qui a connu des hauts et des bas, espèrent que l’alchimie va prendre entre un technicien réputé pour sa froideur et une nation où le football est une brûlante passion. Petkovic, qui s’est sculpté un nom en Suisse après avoir mené la Nati à trois phases finales consécutives (Euro 2016 et 2020, Mondial 2018), aura comme objectif de réussir un grand exploit avec les Verts comme il l’avait fait avec la Suisse en éliminant la France, championne du monde, en 1/8 de finale du championnat d’Europe des nations. En termes d’objectifs donc, l’ancien driver de la Lazio de Rome sera face à un service minimum, puisqu’il est un habitué des phases finales.

Qualifier l’Algérie à la CAN 2025 au Maroc dans une poule à 4 avec deux billets à la clé n’est, assurément, pas le plus relevé des défis. Assurer aux Verts de terminer en pole dans la course au Mondial 2026 sans barrage-piège, dans un groupe où seule la Guinée fait office de peu effrayant épouvantail reste, dans le même ordre d’idées, un objectif largement à la portée d’une sélection de la dimension et de la qualité de l’Algérie. D’autant plus que son prédécesseur au poste lui a parfaitement balisé le terrain en raflant les six points mis en jeu lors des deux premières journées de ces éliminatoires en dix actes. Dire cependant que Vladimir Petkovic arrive en terrain conquis serait réduire la difficulté de sa mission.

Avant de se jeter dans le grand bain, il aura d’ailleurs l’avantage de disputer, à domicile, un tournoi officiel sans enjeu comptable. Une opportunité qui arrivera immédiatement avec ce tournoi à quatre qui offrira aux coéquipiers de Riyad Mahrez de s’asseoir à la table des récents demi-finalistes de la CAN ivoirienne, puis de croiser le fer avec une Bolivie toujours aussi difficile à manier. Deux empoignades qui accéléreront la convalescence de cette équipe nationale malade et la remettre d’aplomb. Ce n’est que dans exactement 16 mois, soit à la CAN marocaine (juillet-août 2025), que Vladimir Petkovic livrera sa première véritable bataille pour laquelle il a été recruté au prix fort.

D’ici là, Petkovic n’aura pas beaucoup de temps pour tout chambouler et va miser sur la majorité du groupe, qui avait pris part à la dernière coupe d’Afrique des nations 2024. La première liste de Petkovic sera marquée par des absences pour des raisons évidentes, mais il ne devrait pas y avoir des surprises, surtout en raison de la proximité de la prochaine sortie de l’équipe nationale, appelée à disputer un tournoi sous l’égide de l’instance faîtière du football mondial avec la participation de quatre nations intercontinentale, l’Afrique du Sud (CAF), la Bolivie (Comnebol) et Andorre (UEFA).

M. A.