Présidentielle française : Macron – Le Pen au second tour

0
7
Macron et le Pen

/Les deux finalistes pour le 2e tour de l’élection présidentielle sont désormais connus. Il s’agit du Président sortant Emmanuel Macron et de Marine Le Pen qui sont arrivés en tête du suffrage du premier tour, avec respectivement 28,5 % et 24,20% des voix, suivis par Jean-Luc Mélenchon qui a réalisé un score de 20,20%, lors d’une élection marquée par une forte abstention de 26,7% des électeurs qui ont boudé les urnes.

Les résultats à peine annoncés que les Français ont déjà les yeux rivés sur l’entredeux tours qui se présente fiévreux, en raison du clivage entre les deux camps, nationaliste, représenté par Marine Le Pen, et mondialiste d’Emmanuel Macron, qui polarisent désormais la scène politique française, et vers lesquels vont aller les voix des candidats malheureux à ce scrutin. A commencer par le candidat de la France insoumise, Jean Luc Mélenchon qui a amélioré son score lors de cette élections en remportant 20,20% des voix, et qui conscient du fait que la bataille ne fait que commencer appelle ses militants à ne pas donner une seule voix à Marine Le Pen. C’est le cas aussi d’Anne Hidalgo qui avec ses 1,90% appelle à voter Macron au second tour. Idem pour Valérie Pécresse qui a déclaré voter en toute conscience pour le président sortant. 

Hidalgo, Pécresse et Mélenchon en soutien à Macron

Il est certain en outre que Macron va tenter de récupérer l’électorat de Mélenchon, pour mettre en échec la présidente du Front National, Marine Le Pen, qui, forte de son résultat amélioré par rapport à celui de 2017 clame déjà qu’elle est gagnante pour le 2e tour, qui aura lieu le 24 avril prochain. Sa campagne qui est axée sur les problèmes quotidiens des Français notamment, a été payante. Contrairement au candidat de l’extrême droite, le très controversé Eric Zemmour, qui est l’auteur avec ses 7,10% de voix d’un pari raté pour avoir imposé un thème hors de propos lors de la campagne en proposant l’immigration et l’islam au lieu des autres problèmes liés au chômage, à la cherté de la vie et à la retraite. Idem  pour Valérie Pécresse, qui a subi une douche froide avec 5,10% des voix. Soit, un scénario très dur pour la droite et une sanction dans les urnes très sévère en dépit des idées de réformes. Valérie Pécresse a fait état d’une campagne «atrophiée» et de laquelle le débat était absent. Mais, pour elle tout est permis sauf l’élection de Le Pen qui conduirait à l’effacement de la France.

L’appel aux abstentionnistes

Au delà de l’objectif immédiat, ou du moins pour les 15 prochains jours, qui est de faire barrage à Marine Le Pen, il s’agit aussi de tendre la main à toutes les sensibilités et notamment les 27% des Français qui ont tourné le dos aux urnes parce qu’ils sont en colère face aux inégalités, face à l’insécurité ou qu’ils ne sont pas « suffisamment représentés ». Plus rien ne sera comme avant, a dit Macron, dans un discours rassembleur en direction de ceux qui ont voté pour lui, en déclarant vouloir créer quelque chose de nouveau. Soit, un grand mouvement politique. Pour rappel, les Français ont été moins nombreux, comparativement à l’élection présidentielle de 2017, à se rendre aux urnes pour voter au premier tour de la course à l’Elysée à laquelle se sont inscrits pas moins de 12 candidats. A 17h, le taux de participation était de 65%, contre 69,42% il y a cinq ans. En cause, l’absence de surprises à cette présidentielle française où l’on donnait le Président sortant Emmanuel Macron et la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen au second tour prévu le 24 avril prochain, c’est-à-dire un remake de l’élection de 2017.

A. R.

.