Problématique de l’emploi en Afrique: Tebboune appelle à s’orienter vers l’entrepreneuriat

0
118
Conférence africaine des startup

Le président de la république, Abdelmadjid Tebboune, s’est adressé ce lundi aux participants à la 1ere édition de la conférence africaine des startup qui se tient au CIC.

Dans ce message lu en son nom par le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, le Président Tebboune a, d’emblée, mis en exergue l’importance de l’investissement dans l’économie de la connaissance et les startup.

Il a également souligné le rôle de l’innovation dans la relance des économies africaines.

Tebboune a fait remarquer, de prime à bord, que les économies africaines enregistrent actuellement « les taux les plus élevés de jeunes avec malheureusement des taux de chômage tout aussi élevés ».

Il a, ensuite, appelé à faire de l’entrepreneuriat innovant « une priorité pour résoudre la problématique de l’emploi et le lancement d’une réflexion autour de politiques publiques appuyant les startup ».

Les défis de développement dans le continent sont nombreux et « requièrent la création de mécanismes permettant de hisser l’Afrique au niveau de la compétitivité économique », a t-il plaidé.

Ceci, a t-il appelé, « à travers une approche reposant sur le renforcement du rôle des startup au sein des économies des Etats africains ayant prouvé leur efficacité dans la réalisation du développement durable ».

Le Président a, ainsi, souligné que la majorité des entreprises et des grandes compagnies qui génèrent des recettes importantes ont démarré sous forme de startup ».

Et de préciser que ceci dans un environnement encourageant l’entrepreneuriat et la concurrence, un écosystème qui attire les entrepreneurs, les soutient financièrement et leur ouvre l’horizon pour transformer les idées innovantes en projets productifs absorbant le chômage et générant de la richesse.

Sur cette base, poursuit le Président Tebboune, « il importe d’intégrer les concepts de startup, de l’innovation et de l’entrepreneuriat dans les systèmes économiques de nos Etat africains compte tenu des capacités avérées de la jeunesse africaine, grâce au développement du niveau d’enseignement et la facilité d’accès à l’information et à la connaissance ».