Production d’hydrocarbures : l’Algérie vise 207 millions Tep en 2028

0
344
Hydrocarbures : l’Algérie veut muscler sa production

La compagnie nationale des hydrocarbures continue d’améliorer ses performances en production d’une année à l’autre, comme l’indiquent les dernières statistiques émanant du ministère de l’énergie. Après une année marquée par l’entrée en phase d’exploitation de plusieurs gisements, la production des hydrocarbures du pays a enregistré une croissance de plus de 3,5% durant l’exercice dernier comparativement à l’année 2022.

En volume, la production des hydrocarbures est passée de 189 millions de tonnes équivalent pétrole en 2022 à 194 millions en 2023, et devrait atteindre un volume de 201 millions de tonnes cette année, d’après les prévisions de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach. Cette croissance devrait être tirée essentiellement de la production gazière du pays, qui représente deux tiers de la production globale des hydrocarbures en 2023, et ce, en raison de l’entrée en phase d’exploitation de nouveaux gisements.

Sur cela, les prévisions de croissance des volumes de production tablent sur « 207 millions de tonnes en 2028 », d’après Miloud Medjelled, directeur général de la prospective au ministère de l’énergie. Le rythme ascendant de la production s’explique, selon ce dernier, par l’entrée en phase d’exploitation de nouveaux gisements, notamment Hassi R’mel et Touat, d’une capacité de production de l’ordre de 16 milliards m3, ce qui permettra de porter la production gazière du pays à 146,7 milliards m3 en 2028 contre 136 milliards m3 durant l’exercice écoulée.

Cette tendance haussière de la production est accompagnée par une augmentation des
exportations du pays en hydrocarbures qui passe de 93,5 millions de Tep en 2022 à 97 millions de Tep en 2023, soit un taux de croissance de 3,5%, selon le haut responsable du ministère de l’énergie. Un taux de croissance qui est similaire à celui enregistré dans l’amélioration de la production, ce qui explique la destination du surplus de la production. En fait, l’amélioration de la production nationale s’inscrit dans le programme de développement de la compagnie publique, du moins pour le moyen terme, qui consacre une enveloppe financière de 39 milliards de dollars à l’activité exploration production pour la période allant de 2024 à 2028. Cette démarche vise essentiellement à l’amélioration des exportations du pays en hydrocarbures, le gaz en particulier. L’objectif est donc celui de mettre sur le marché international des volumes supplémentaires en hydrocarbures avec l’application de normes environnementales. Dans ce sens, le haut responsable du
ministère de l’énergie a énuméré les projets lancés en matière de décarbonation avec un objectif d’atteindre un taux de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 7% à 22% d’ici à 2030 et de réduire le volume global de gaz torchés à moins de 1%.

« Pour y parvenir, Sonatrach a adopté une approche volontariste pour réduire ses émissions et s’attelle, dans ce sens, à finaliser la baseline de ses émissions, comme référence des sources d’émissions des différentes installations et la comptabilisation des volumes et quantités émis », explique la même source.

A. B.